Burkina Faso: Ramadan 2020 - Quand la Covid-19 tue le volet social de la fête

Après un mois de jeûne et de privations, c'est un Ramadan bien spécial que s'apprêtent à vivre, ce week-end, les fidèles musulmans du Burkina Faso, à l'occasion de la célébration de l'Aïd el Fitr en pleine pandémie du coronavirus.

En effet, s'il s'entend bien que la Covid-19 n'entamera en rien la ferveur spirituelle des croyants, reste que le volet social qui compte aussi pour beaucoup dans la beauté et la réussite de cette fête du partage et de la convivialité, risque d'en prendre un sérieux coup voire d'en réduire considérablement la saveur, à cause des mesures de distanciation sociale toujours en vigueur, malgré leur grand allègement.

Déjà, la réouverture des lieux de culte est, pour beaucoup, un satisfecit qui permettra de perpétuer la tradition de la célébration communautaire de cette fête.

De ce fait, l'on peut être certain que beaucoup de fidèles musulmans ne manqueront pas de faire le déplacement des lieux de prières, comme il est de coutume lors de telles célébrations religieuses.

Mais, coronavirus oblige, les leaders religieux ont édicté des mesures préventives qui vont du port du cache-nez, à l'utilisation de tapis individuels de prière en passant, entre autres, par le lavage des mains ou l'utilisation de gel ou de solution hydro-alcoolique sur les lieux de prière, sans oublier la prise des ablutions à domicile.

L'ombre du virus mortel risque de planer sur les traditionnelles visites de familles après la prière, le partage de repas en groupe et les réjouissances populaires

Des mesures à saluer et qu'il appartient aux fidèles musulmans de respecter. Car, malgré l'infléchissement des chiffres officiels de la maladie à la baisse, le danger n'est pas encore totalement écarté.

En rappel, à la date du 21 mai, les derniers chiffres affichaient au total 812 cas d'infections dont 669 guérisons et 52 décès, pour 91 cas actifs encore sous traitement.

Et depuis quelques jours, les nouveaux cas de contamination intérieure ont fortement baissé. Ils tournent en moyenne autour de 5 par jour, descendant même jusqu'à 0, le 18 mai dernier. Par contre, on note une forte prééminence des cas importés.

C'est dire si la célébration de ce Ramadan 2020 dans un contexte d'assouplissement des mesures contre la propagation du virus, est un défi pour l'ensemble des Burkinabè, pour ne pas donner un second souffle à la Covid-19.

Car, si elle est loin d'être totalement contrôlée ou maîtrisée, elle semble tout de même assez bien contenue au point d'avoir permis la reprise de bien des activités comme les transports, la réouverture des commerces, des débits de boisson, etc.

Dans tous les cas, ce Ramadan 2020 s'annonce comme un Ramadan pas comme les autres. Car, malgré les comportements de certaines populations, qui frisent l'incrédulité, la psychose est toujours là et beaucoup de Burkinabè restent encore très méfiants vis-à-vis de cette maladie qui continue de faire des ravages dans le monde.

C'est dire si en ce Ramadan 2020, l'ombre du virus mortel risque de planer sur les traditionnelles visites de familles après la prière, le partage de repas en groupe et les réjouissances populaires qui accompagnent généralement les fêtes religieuses au pays des Hommes intègres.

Si l'on ajoute à cela le marasme économique créé par cette crise sanitaire mondiale, l'on est en droit de se demander si en dehors du volet spirituel, cette célébration de l'Aïd el Fitr ne sera pas une fête a minima.

Il y a de fortes chances que le Ramadan de cette année, soit celui de la sobriété

D'autant qu'avec l'assouplissement des mesures, l'on assiste à une reprise timide de l'activité économique qui avait connu un coup d'arrêt avec la fermeture des marchés et la suspension de bien des activités.

Et l'on se demande, même si la volonté y est, si la bourse de bien des Burkinabè leur permettra de fêter comme il se doit. Autant dire qu'avec la crise sanitaire du Covid-19 qui est venue en rajouter à la galère des populations, il y a de fortes chances que le Ramadan de cette année, soit celui de la sobriété voire de l'austérité, loin de la bombance et des réjouissances populaires habituelles où certains Burkinabè ont pris l'habitude de continuer la fête jusque tard dans la nuit.

Mais dans cette grisaille, ceux qui auront plus ou moins le sourire aux lèvres, ce sont les fonctionnaires dont le viim koega* est déjà tombé. Par ces temps de coronavirus et de déconfinement calculé, cela peut valoir son pesant de tour au bistrot pour décompresser.

En tout état de cause, coronavirus ou pas, les musulmans et les chrétiens du Burkina sont connus pour leur propension à célébrer dans la convivialité et le partage, les fêtes religieuses sans distinction de foi.

Cette année encore et malgré le contexte sanitaire, l'on peut s'attendre à ce que la tradition soit respectée.

Il est donc de la responsabilité de tous de respecter autant que possible les mesures barrières, dans la lutte commune que nous menons contre le coronavirus. Oui donc à la fête, mais soyons prudents. Bonne fête de l'Aïd el Fitr !

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.