Madagascar: Revendication des îles éparses - La majorité parlementaire appelle une médiation de l'Union Africaine

Les députés soutiennent le gouvernement pour revendiquer les îles éparses.

Les parlementaires font bloc derrière le gouvernement pour donner plus d'envergure à la revendication des îles éparses. Les députés de la majorité critiquent sévèrement la récente déclaration du gouvernement français relative aux îles glorieuses.

Les élus brisent leur silence concernant les îles éparses. « Choqués » après la déclaration du gouvernement français à faire des îles glorieuses une réserve naturelle, les députés de la majorité, qui jugent « unilatérale » cette déclaration des autorités françaises « sollicitent les bons offices des organisations régionales, telles que la SADC et l'Union Africaine » pour intervenir sur ce dossier épineux qui mine les relations diplomatiques franco-malgaches. « Il s'agit d'un cas de décolonisation encore inachevée d'une partie du continent africain », justifient les députés qui ont convoqué la presse, mercredi dernier.

Impasse. Le gouvernement a déjà manifesté son opposition ferme sur le projet français et le ministre malgache des Affaires étrangères, Liva Tehindrazanarivelo, a convoqué l'ambassadeur français, Christophe Bouchard, pour exprimer que « ce projet de l'Etat français est de nature arbitraire et non respectueuse du processus de négociation en cours entre les deux Etats ». « C'est un acte de défiance envers Madagascar », note le communiqué du ministère des Affaires étrangères. L'Assemblée nationale, elle, atteste que la déclaration française est « provocatrice et inopportune ». La publication du projet français sur les Îles Glorieuses a donc plongé dans une impasse, les négociations sur le sort des îles litigieuses situées dans le canal de Mozambique. Face au blocage, les députés pointent du doigt l'ancienne puissance coloniale et « exhortent la partie française à privilégier le dialogue au lieu de choisir l'unilatéralisme dans la résolution de ce litige ».

Silence. Les indépendants ont aussi rejoint la déclaration de la majorité. Des députés du groupe parlementaire républicain se sont manifestés mercredi dernier, aux côtés de ceux de l'IRD. Cependant, les députés du parti Tiako i Madagasikara ont boycotté la déclaration et refusent de s'allier à la cause défendue par la majorité. Mercredi dernier, ils ont évité la presse. Le clan Ravalomanana, notons-le, a été toujours silencieux sur les questions des îles éparses depuis que la revendication a retenti. Un silence qui intrigue certains observateurs.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.