Sénégal: Reprise des réunions de la commission cellulaire du dialogue politique - Le oui... mais des acteurs

Après environ deux mois de suspension à la suite de l'état d'urgence assorti d'un couvre-feu, décrété par le chef de l'Etat dans le cadre la lutte contre la pandémie du Covid-19 au Sénégal, la question de la reprise des réunions de la Commission cellulaire en charge du dialogue politique se pose de plus en plus, notamment après l'assouplissement des restrictions. Interpellés sur la question, les représentants des différents pôles engagés dans ces concertations à l'exception de la majorité que nous n'avons pas pu joindre, semblent s'inscrire dans la dynamique de la reprise des travaux.

Premier à se confier, Diéthié Faye, Coordonnateur du pôle des non-alignés, estime qu'«il serait bien de s'inscrire dans la dynamique de la reprise progressive des activités en respectant les règles établies».

Abondant dans le même sens, Moctar Sourang, coordonnateur du Front de résistance nationale, bien que précisant que l'opposition va se concerter dans les prochains jours sur cette question, souligne au plan personnel «que rien ne s'oppose à ce que les réunions se fassent de manière virtuelle».

Pour sa part, Valdiodio Ndiaye, membre du Collectif des organisations de la société civile pour les élections (Cosce) estime qu'«on ne saurait bloquer toute la République autour de cette question» mais demande toutefois l'élaboration d'un plan de travail qui va intégrer la protection des personnes âgées qui dirigent les différentes commissions, si on devait arriver aller vers la reprise des travaux.

DÉTHIÉ FAYE, COORDONNATEUR DU PÔLE DES NON ALIGNÉS : «Il serait bien de s'inscrire dans la dynamique de la reprise progressive des activités en respectant les règles établies»

Dans la dynamique des mesures prises dernièrement par le gouvernement, toutes les activités vont certainement pouvoir reprendre progressivement en respectant un certain nombre de règles de nature à éviter tout rassemblement d'une longue durée qui pourrait favoriser la propagation du coronavirus.

Au niveau de la commission cellulaire en charge du dialogue politique, il serait bien de s'inscrire dans cette dynamique si toutes les parties prenantes à ce dialogue donnent leur accord.

Pour ce qui est du pôle des non-inscrits, je dois dire que nous ne pouvons pas être contre cette idée parce que nous pensons que les activités de la commission ont été suspendues à cause de la situation particulièrement compliquée dans laquelle on se trouvait au début de la maladie.

Aujourd'hui, dès l'instant que nous connaissons les gestes barrières qui pourraient aider à stopper la propagation de la maladie dans le pays, je pense que rien ne s'oppose à la reprise des activités dans le respect strict des recommandations des autorités sanitaires.

Il s'agira pour chaque activité envisagée d'examiner la faisabilité du respect des recommandations et leurs implications sur la santé des acteurs mais aussi sur le devenir de cette pandémie.

Autrement dit, si vous prenez le cas des mosquées, les gens se retrouvent pour prier, mais pour une durée très limitée dans le temps.

Quand vous allez dans d'autres structures, c'est par visioconférence que les gens continuent à travailler.

C'est la raison pour laquelle je dis pour tenir compte des exigences du calendrier, il s'agirait d'examiner toutes les procédures qui peuvent aider à ce que, de façon sécurisée, la réflexion et le travail puissent se poursuivre»

VALDIODIO NDIAYE DE LA SOCIÉTÉ CIVILE (COSCE) : «Il nous faut un plan de travail qui va intégrer la protection des personnes âgées... »

Le coronavirus a quasiment bousculé toutes nos habitudes, y compris les échéanciers au plan politique, au plan électoral.

Je pense qu'on devrait, aujourd'hui, envisager de manière objective toutes les mesures alternatives, pas vivre avec le virus mais de l'éviter au maximum possible en respectant les mesures de distanciation physique et tout ce qui va arriver. Cependant, il faudrait que les activités reprennent.

Et là, je pense qu'il va falloir que le président de la Commission cellulaire en rapport avec le comité de pilotage du dialogue national réfléchisse à la démarche.

Et ce, en mettant l'accent sur la sécurité des participants parce que nous savons tous que c'est une maladie extrêmement contagieuse et dangereuse plus ou moins pour les personnes âgées.

Et vous savez que cette catégorie d'âge est fortement représentée au sein de la Commission politique et pratiquement dans toutes les autres commissions.

Il nous faut donc un plan de travail qui va intégrer la protection de nos personnes âgées qui dirigent ces commissions-là, si on devait arriver à reprendre les travaux. Ils sont un peu âgés, c'est pourquoi il faudra les prémunir de ça.

Je pense que comme aujourd'hui, tout le monde va dans le sens de mettre à contribution les nouvelles technologies de communication et au plan professionnel, il faudrait qu'on mette à profit cette technologie, l'explorer afin de poursuivre les travaux. Parce qu'on ne saurait quand même pas bloquer toute la République autour de cette question.

MOCTAR SOURANG, COORDONNATEUR DU FRN (OPPOSITION) : «Nous pensons que rien ne s'oppose à ce que les réunions se fassent de manière virtuelle»

Au niveau de l'opposition, on va se concerter pour voir la conduite à tenir sur cette question. Mais, personnellement, nous pensons que rien ne s'oppose à ce que les réunions se fassent de manière virtuelle avec les outils qui nous permettent aujourd'hui de tenir des réunions même à distance.

Donc, nous allons échanger avec nos plénipotentiaires à la commission cellulaire pour voir les différentes possibilités qui s'offrent à nous en vue de la reprise des activités de concertation et que des dispositions soient prises pour qu'au moins les questions qui étaient en cours de discussion puissent être terminées au niveau du Dialogue politique.

Il ne nous restera que des questions dont la résolution est tributaire des partenaires du Sénégal, notamment l'Union européenne et l'Usaid. Il s'agit de l'audit du fichier et du processus électoral.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.