Burkina Faso: Prière du Ramadan - Le CERFI dévoile son dispositif anti-COVID-19

La grande prière de l'Aïd el Fitr aura lieu dans un contexte marqué par la COVID-19. Au Cercle d'études, de recherches et de la formation islamiques (CERFI), des dispositions ont été prises pour faire barrière à la maladie à coronavirus.

Le Cercle d'études, de recherches et de la formation islamiques (CERFI) a donné rendez-vous aux fidèles musulmans au terrain Boukary Dabo de l'université Pr Joseph-Ki-Zerbo pour la grande prière de l'Aïd el Fitr marquant la fin du jeûne. A contexte particulier, dispositif particulière.

Les membres du CERFI ont pris des mesures pour faire barrière à la COVID-19. « Notre plus grande préoccupation est de faire barrière à la maladie », a affirmé le recteur de la mosquée du CERFI, Oumar Nikiéma.

Selon M. Nikiéma, il est demandé à tous les fidèles qui viendront à l'aire de la prière de porter un cache-nez. Des gels de désinfection seront aussi mis à la disposition des fidèles aux entrées du terrain Boukary-Dabo et dans les parkings.

Pour lui, des équipes veilleront au respect de la distanciation sociale d'un mètre environ entre deux fidèles. « Les personnes qui contrôlent les distances vont aussi sensibiliser pour que les gens ne se serrent pas la main et ne se fassent des accolades.

Pour réussir tout cela, nous avons demandé aux fidèles de venir chacun avec son tapis de prière», a insisté M. Nikiéma. Il a ajouté : « présentement, on ne peut pas ignorer la situation.

D'habitude, l'on demande aux musulmans de se congratuler, de se rendre visite. Mais, nous demandons aux fidèles de limiter les déplacements qui ne sont pas indispensables ». Cette année particulièrement, le mois de Ramadan a été vécu dans le contexte de la maladie à coronavirus.

Cela, a soutenu le recteur de la mosquée du CERFI, leur a commandé de développer d'autres initiatives pour permettre aux fidèles de continuer de vivre leur spiritualité pendant le Ramadan. « Nous avons beaucoup communiqué à travers les réseaux sociaux, nos comptes Facebook, Watsap, télégram, les commentaires du Coran, des exposés.

Pour les enseignements, nous pensons avoir développé beaucoup d'initiatives pour combler cette restriction qui nous a été imposée par la maladie ».

En plus des activités développées à travers les réseaux sociaux, le CERFI, a confié son recteur, a mis en place deux chaînes de solidarité. La première a consisté à offrir chaque jour un kit alimentaire pour la rupture du jeûne à 100 personnes.

La deuxième chaîne destinée aux ménages vulnérables a permis de venir en aide à 200 ménages vulnérables. S'inscrivant toujours dans la dynamique de la solidarité, a-t-il signifié, l'opération Zakat el Fitr a été initiée avec pour objectif d'aider 500 ménages.

La fête de l'Aïd el Fitr sera célébrée dans un contexte marqué par la COVID-19. A cet effet, a souhaité Oumar Nikiéma, chacun doit œuvrer pour que les gestes-barrières soient respectées chez lui.

Car, nous devons être tous conscients que la maladie est réelle et nous mobiliser pour y faire barrière sans oublier la crise sécuritaire.

Pour lui, l'arme du croyant, c'est la prière. « Nous devons continuer à faire des invocations et demander à Dieu de nous accorder une issue à toutes ces épreuves que nous vivons », a affirmé M. Nikiéma.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.