Cameroun: Elections à la CAF - Les manœuvres ont démarré

Les noms de candidats potentiels à la succession d'Ahmad circulent déjà, un an avant que les fédérations ne fassent leur choix.

Prévue en 2021, l'élection du président de la Confédération africaine de football (CAF) est déjà dans tous les esprits. Du moins, les manœuvres semblent avoir démarré. Annoncé depuis quelques mois comme candidat à la succession d'Ahmad, le Tunisien Tarek Bouchamaoui a déclaré dans une interview accordée récemment au site Footafrica : « Je n'hésiterai pas à postuler aux élections de la CAF si je suis sûr d'avoir de grandes chances de remporter la présidence ». Difficile d'être plus clair pour Tarek Bouchamaoui, membre du conseil de la FIFA et du comité exécutif de la CAF.

Si l'on en croit de nombreux médias, on pourrait assister à une bataille maghrébine pour ce fauteuil dans les prochains mois. Le Tunisien apparait en effet dans un échiquier où l'Egypte et le Maroc semblaient en pole position pour le poste de président de la CAF. En effet, l'ancien président de la Fédération égyptienne de football, Hani Abo Rida, ne cache pas ses ambitions : « Mon souhait est d'éliminer la corruption. J'ai été secrétaire général et j'ai pu constater ce qui se passe au sein de la Confédération africaine de football et de la façon dont sont gâchés les intérêts du continent. Comme je l'ai dit, l'Afrique mérite mieux. »

En face, la candidature du Marocain Faouzi Lekjaa semble presque inéluctable. Celui-ci est considéré comme la pierre angulaire de la CAF actuellement et il bénéficie clairement du soutien de nombreuses fédérations. Mais si l'on en croit les médias de son pays, Faouzi Lekjaa n'attend que de connaître la position d'Ahmad avant de se déclarer.

Justement, le président en exercice, dont le bilan semble mitigé depuis son élection en 2017, ne s'est pas encore officiellement prononcé quant à un deuxième mandat. « Aujourd'hui, toute mon attention se porte sur la gestion de la crise du Covid-19. Lorsque j'aurai pris une décision je l'annoncerai moi-même », a déclaré le Malgache sur Twitter. Des candidatures surprises ne sont pas non plus à négliger. Les noms de l'Ivoirien Jacques Anouma ou encore du Congolais Constant Omari sont murmurés ici et là. Annoncé comme candidat, le Sénégalais Augustin Senghor a depuis lors démenti, excluant de se présenter contre Ahmad qui « lui fait confiance ». On se souvient que l'Egyptien Amr Fahmy, ancien SG de la CAF, avait été le premier à dévoiler officiellement sa candidature en janvier dernier. Sauf qu'entre-temps, il est décédé. De toute façon, les manœuvres ne font que commencer.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.