Cote d'Ivoire: Alépé - De nombreux matériels des orpailleurs clandestins saisis et brûlés

Les orpailleurs clandestins, après avoir été déguerpis du département d'Alépé, il y a de cela quelques années, tentent de nouveau à se réinstaller en recolonisant leurs anciens sites. Informés de leur présence par des appels anonymes, des éléments de la brigade de gendarmerie se sont rendus à Arounakro, un village de la sous-préfecture d'Aboisso-Comoé.

Sur place, les forces de l'ordre, déterminées à mettre fin à cette pratique clandestine interdite sur toute l'étendue du territoire national, ont saisi deux dragues composées de deux moteurs d'alimentation, 8 tuyaux, 24 fûts, des barres de fer et des bassines.

Ce matériel de travail de ces orpailleurs clandestins a été brûlé ce vendredi 22 mai. C'était en présence des autorités administratives, municipales, de la chefferie d'Alépé et des forces de l'ordre.

Cette incinération qui est la première du genre dans le département d'Alépé est, selon les autorités administratives, un signal fort pour dissuader tous les éventuels orpailleurs clandestins qui, malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation, continuent de défier les autorités du pays.

Le commandant de la brigade de gendarmerie d'Alépé, l'adjudant-chef Kouadio N'Ghauran, a salué cette collaboration des populations grâce à qui cette opération de saisie a été menée avec succès.

Rappelons qu'en 2015 et 2016, lors d'une descente des forces de l'ordre, des campements des orpailleurs clandestins avaient été détruits dans les sous-préfectures d'Aboisso-Comoé et d'Allosso et plusieurs matériels avaient été aussi saisis.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.