Madagascar: Atsinanana - Des passagers clandestins interceptés en chemin

Alors que la sortie et l'entrée dans les régions touchées par l'épidémie du coronavirus sont formellement interdites, certaines personnes trouvent encore le moyen de déroger à la règle.

Les forces de sécurité de la région Atsinanana ont surpris onze passagers clandestins, sur le canal des Pangalana, jeudi, lors d'une mission ponctuelle. « Nous avons obtenu des renseignements sur des transports clandestins sur le canal. Ils quittent le port fluvial de Toamasina, vide, et embarquent des passagers en chemin. Ces derniers quittent la ville à pied et marchent jusqu'à ce qu'ils croisent un canot », explique le général de brigade Jeannot Justin Rakotoniaina, commandant de la région militaire n°3, hier.

Ces individus auraient affirmé qu'ils allaient rejoindre une cérémonie funéraire. « Lorsque nous avons recoupé leurs affirmations, nous avons pu vérifier que c'est faux. Chacun avait sa propre destination et son bagage », enchaine la source.

Ce n'est pas le premier voyage clandestin sur ce canal des Pangalana. Un bateau transportant vingt-deux personnes en provenance de Toamasina et de Mahanoro est arrivé jusqu'à Nosy Varika, avant-hier. Les autorités de la région Vatovavy-Fitovinany les ont refoulés. Presque personne ne devrait plus sortir de Toamasina en véhicule. Les éléments des forces de l'ordre placés au niveau des barrages installés sur les routes nationales, aux frontières de la région Atsinanana, seraient très fermes.

Ceux qui arrivent à sortir de la ville portuaire, par voie terrestre, voyageraient clandestinement dans un poids lourd, qui les emmènerait jusqu'à d'autres villes. Hier, par exemple, un homme qui a terminé sa mission à Toamasina, serait monté dans un camion pour pouvoir arriver la capitale. D'autres font le trajet à pied, selon le général Elack Andriankaja, coordonnateur national du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19, en mission dans la région Atsinanana.

Le Covid-19 se propage dans la ville de Toamasina. Des personnes en provenance de cette ville portuaire ont été dépistées avec le virus lorsqu'elles sont arrivées dans d'autres villes, comme Moramanga, Antananarivo et Antsirabe. C'est notamment pour couper la chaîne de transmission du virus que la circulation des personnes vivant dans les régions infectées vers d'autres villes est interdite. La région Atsinanana aurait mis en place des dispositifs pour bloquer les voyageurs clandestins.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.