Sénégal: Aide à la presse / Le p'tit railleur traine en justice le ministre de la communication et ses collaborateurs - Pour dissiper l'écran de fumée d'un ancien vendeur de cigarettes...

Au nom de votre journal préféré, Le P'tit Railleur Sénégalais, nous avons déposé plainte hier, contre les membres du comité d'attribution de l'aide à la presse pour détournements de fonds publics, contre le ministre de la Culture et de la Communication, pour complicité, contre Mame Gor « Diazaka » pour complicité, enrichissement sans cause, et contre X, visant tout individu qui aurait perçu indûment de l'argent dans cette nébuleuse fumisterie.

L'affaire est simple : Le P'tit Railleur existe depuis sept ans maintenant et n'a jamais hanté les couloirs de la commission d'aide à la presse depuis tout ce temps. Une année, accidentellement, il nous a été remis un colossal chèque de cinq cent mille francs CFA...

Nous n'avions rien demandé. Et puis cette année, parce que depuis une année, il n'est pas paru, nous sommes allés nous renseigner, à toutes fins utiles. Lorsqu'au ministère, il nous a été affirmé qu'il ne figurait pas sur cette fameuse liste dont tout le monde parle mais que personne ne voit, c'était logique dans notre petit cerveau. On ne remplissait pas les critères. On nous a cependant dit qu'il pouvait y avoir un recours... Pourquoi pas ? Nous avons déposé des dossiers de financement et un appui des fonds publics nous mettrait en meilleure posture.

Donc, courrier a été envoyé pour plaider la cause de votre journal préféré. Mais quand nous apprenons que dans la liste des bénéficiaires du fonds d'aide, figure Mame Gor Diazaka, notre sang n'a fait qu'un tour. Ce n'était plus la même perspective pour nous : le ton ne pouvait plus être le même... C'est ainsi que nous avons déposé une plainte chez le procureur pour détournement de fonds publics et enrichissement sans cause des auteurs, complices et bénéficiaires illégitimes.

Mieux, nous avons adressé des courriers aux autorités afin que la lumière soit faite sur cette nébuleuse qui coûte 1,4 milliard de francs CFA au contribuable. Le président de la République, le président de l'Assemblée nationale et la présidente du CESE ont été saisis. Nous espérons que les limiers de l'Inspection d'Etat se pencheront sur cette sulfureuse affaire, de même qu'une commission d'enquête parlementaire sera mise sur pied ou alors, une commission spéciale des conseillers du CESE.

Bref, nous donnons rendez-vous au ministre de la Communication et de la Culture de même qu'à ses ouailles devant les tribunaux. Il se dit d'Abdoulaye Diop, ministre de la Culture et de la Communication, qu'il a été dans une autre vie, vendeur de cigarettes. De l'excellence, il ne connait sans doute qu'une marque de tabac...

On comprend mieux l'écran de fumée qui entoure la gestion des fonds de l'aide à la presse et sans doute d'autres secteurs de son département. Il sponsorisait, à la belle époque des cigarettes Excellence, les élections de Miss et les coladéras de Chez Iba. Pour vous donner une idée du profil et de la grande idée qu'il se fait de la Culture...

Face à l'ancien boucher de Tilène que je suis, je peux vous garantir au moins une chose : ça risque de saigner !

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.