Congo-Kinshasa: Diplomatie - Tension persistante à la frontière entre la Zambie et la RDC

La brouille est localisée plus vers les provinces de Tanganyika et du Haut-Katanga où les troupes zambiennes manifestent des velléités d'annexion d'une partie du territoire congolais en mettant, d'ores et déjà, plusieurs localités sous leur coupe.

Des informations en provenance des provinces du Tanganyika et du Haut-Katanga ne sont guère rassurantes. Il est, en effet, fait état depuis quelques jours de la présence de l'armée zambienne dans quelques localités congolaises situées dans la zone frontalière. Il s'agit précisément des villages de Kibanga et Kalubamba où les troupes zambiennes se pavanent encore aujourd'hui comme en territoires conquis.

Nonobstant les appels de détresse des communautés locales, l'intervention des forces loyalistes se fait toujours désirer dans cette partie du pays au grand désarroi de la population livrée à son triste sort. Plusieurs habitants, tétanisés par cette présence militaire zambienne, ont rejoint la forêt. Difficile pour eux de continuer à demeurer dans des villages envahis par des soldats étrangers non coopératifs et à la gâchette facile. C'est dans ce contexte de panique générale exacerbée par la présence des chars de combat et le survol régulier des hélicoptères de l'armée zambienne qui a déjà dans son giron 15 km du territoire congolais que Kinshasa tente de négocier une voie de sortie.

Malgré l'avancée des troupes zambienne sur le sol congolais - les territoires de Moba et de Pweto constituent la prochaine étape -, l'exécutif national négocie une voie de sortie diplomatique à ce différend frontalier. Il est entendu, en effet, que la Zambie nourrit des velléités annexionnistes sur quelques localités congolaises. Ceci est un secret de polichinelle que la Zambie revendique une partie du territoire congolais qu'elle voudrait s'approprier de grès ou de force. Côté congolais, l'on continue à jouer la carte de la tempérance en privilégiant les contacts diplomatiques déjà fort avancés plutôt que l'option militaire.

Bien que les Fardc soient d'ores et déjà en alerte maximale, le gouvernement envisage saisir l'Union africaine et la Sadec dont la commission chargée de la sécurité au niveau de la région s'occupe de la surveillance aux frontières. La médiation de ces deux institutions permettra d'examiner les revendications zambiennes de sorte à trouver un modus vivendi entre les deux parties.

En attendant, la population locale dans les localités concernées sont en proie à l'insécurité. Elles développent un sentiment d'abandon car elles ne voient rien venir en termes d'assistance. Et pourtant, les éléments des Fardc sont bel et bien présents dans la région et tergiversent pour lancer l'offensive contre les assaillants. « Oui, il y a suffisamment des militaires congolais, mais ils disent toujours qu'ils attendent le mot d'ordre, ils attendent des négociations et, entre-temps, c'est la population qui souffre », allègue un membre de la société civile de Tanganyika. Face aux atermoiements du gouvernement congolais peu enclin à régler rapidement ce différend, l'armée zambienne continue à renforcer ses positions dans les territoires occupés, sans crainte d'y être délogée.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.