Ile Maurice: Éducation - Des élèves demandent une semaine de repos avant la rentrée officielle

Ils n'auraient pas eu droit aux vacances de Pâques car le travail en ligne avait déjà commencé. Des représentants des Student Councils et des Prefects ont écrit aux autorités, demandant des jours de repos avant la rentrée du 3 août.

Depuis le début du confinement, le ministère de l'Éducation ainsi que le corps enseignant tentent tant bien que mal de tenir le rythme et poursuivre le programme de travail, afin que les élèves soient prêts pour les examens. Cela dit, bien que ces derniers jouent le jeu, ils rappellent que leurs vacances de Pâques n'ont pas été de tout repos. En conséquence, des représentants des conseils des élèves et des corps de préfets ont créé un front commun pour attirer l'attention de la ministre de l'Éducation sur les vacances de Pâques qui ont prêté à confusion.

«Depuis le 19 mars 2020, tous les établissements d'enseignement sont fermés pour la sécurité des différents intervenants. Cela a inévitablement suscité de nombreuses appréhensions quant à la poursuite du cours d'enseignement et d'apprentissage», peut-on lire dans une lettre ouverte adressée, il y a quelques semaines, à la ministre Leela Devi Dookun-Luchoomun, à l'Ombudsperson for Children, au Service diocésain de l'éducation catholique et au Prime Minister's Office. «N'ayant pas été officiellement informés que les deux premières semaines de confinement, du 19 mars au 2 avril, seraient ultérieurement déclarées 'vacances', de nombreux éducateurs ont commencé des cours en ligne afin de ne pas prendre de retard dans le programme d'études et de nombreux élèves ont suivi ces cours». Dès lors, le programme officiel du ministère a débuté le 6 avril, donnant suite aux cours dispensés durant les deux semaines de vacances. «Tant d'élèves ont été privés des avantages vitaux des vacances», fait comprendre la lettre.

En démontrant que les vacances de Pâques ne leur ont pas été profitables, le front fait une requête au ministère de l'Éducation : «Nous demandons de déclarer une période de vacances officielles au profit de la population estudiantine avant la prochaine reprise officielle des cours», laissent ils entendre. «Offrir du repos aux élèves est un résultat que nous souhaitons mettre sur la table. Nous reconnaissons l'énorme travail accompli par le gouvernement et le ministère de l'Éducation, mais nous insistons sur la santé mentale des jeunes, qui est essentielle au développement et au succès holistique de chacun.»

Sooryadanand Meetooa, président de l'Education Officers Union, a indiqué à l'express qu'il a lu la lettre ouverte et a déclaré que le syndicat se joint au Front commun des collégiens pour cette demande. «Cela fait plusieurs semaines qu'ils travaillent sans cesse de chez eux», soutient le syndicaliste. «Ces jours de repos qu'ils demandent seront bénéfiques pour eux mais aussi pour leurs enseignants qui se donnent également beaucoup depuis le début du confinement.»

Rita Venkatasawmy, l'Ombudsperson for Children, déclare qu'elle a eu une conversation avec le représentant du front commun après avoir lu la lettre. «C'est après avoir écouté cet élève que j'ai compris à quel point les cours en ligne demandent beaucoup d'efforts. La concentration et l'attention devant leur écran doivent être au maximum durant plus de huit heures par jour, et cela peut être éprouvant», souligne Rita Venkatasawmy. «J'ai réalisé que ces enfants travaillent très dur et ils ont droit à un peu de repos et de loisirs.»

Du côté du ministère de l'Éducation, on indique que comme toutes les propositions reçues des acteurs du secteur, la demande de ce front commun sera à l'étude. «Avant la rentrée, la ministre tiendra une conférence de presse pour élaborer toutes les décisions relatives à la rentrée officielle des classes», fait-on comprendre.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.