Angola: Les entreprises appelées à ne pas licencier les salariés

Luanda — Le ministre de l'Industrie et du Commerce, Victor Fernandes, a exhorté vendredi, les chefs d'entreprises situés dans le pôle industriel de Viana et dans la Zone économique spéciale (ZEE, sigle en portugais), à Luanda, à ne pas licencier les salariés pendant l'état d'urgence.

S'adressant à la presse, à l'issue d'une visite dans les unités industrielles du pôle industriel de Viana et de la ZEE, le ministre a reconnu le moment difficile que certaines entreprises du secteur traversent en raison de la pandémie de Covid-19, mais a encouragé les employeurs à garder les employés.

Il a déclaré que tant que l'état d'urgence sanitaire durerait, une mesure prise par le gouvernement pour freiner la propagation de Covid-19, les entreprises devraient éviter le licenciement du personnel et rechercher des stratégies pour rendre la main-d'œuvre plus rentable, car de nombreuses familles ont ces usines comme seule source le revenu.

D'autre part, il a souligné que l'État angolais s'était engagé à soutenir l'augmentation et l'expansion de la production industrielle pour aider au développement de l'économie nationale.

À son tour, le directeur général de l'usine Foodtec, Luís Silva, a informé que l'entreprise produisait 140 000 tonnes de pâtes par jour.

Il a annoncé qu'à la fin de cette année 2020, l'usine disposerait d'une autre ligne de production, avec une capacité de production de deux tonnes de pâtes par heure.

Il a informé qu'en 2021, l'usine Foodtec démarrera avec un investissement global de 24 millions d'euros pour construire un moulin pour la production de farine de blé, entre autres projets.

Foodtec compte 300 employés, dont 40% de femmes.

L'administrateur de la société ICC, Ahmadel Kara, a déclaré que pendant la période de l'état d'urgence, l'entreprise qu'il dirige n'a pas interrompu son processus de production.

Il a souligné que les usines de la société ICC, pendant l'état d'urgence, continuaient de produire des tubes en plastique, des matelas à ressorts et en mousse, ainsi que des peintures à l'huile et à l'eau.

La société ICC compte 800 employés angolais.

À son tour, l'un des chefs de l'usine de batteries "Rei Leão" Zhang Haitana a informé que l'une des difficultés de l'institution était l'acquisition de matières premières, étant donné qu'une grande partie de ces matières provient de l'étranger.

Il a fait savoir que l'usine produisait plus de deux mille batteries par jour, un nombre qui pourrait atteindre quatre mille / jour, dans un proche avenir, une fois que l'usine serait plein fonctionnement.

Le ministre a visité les industries de pâtes, Foodtec, de lait condensé «Gulkis», de matériaux de construction et de commerce ICC, ainsi que l'usine de batteries « Rei Leão ».

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.