Angola: La Première dame d'Angola aborde la problématique de la COVID-19

Luanda — Des questions ayant trait à la Campagne nationale baptisée « Nascer Livre para Brilhar » et à la stratégie de prévention du nouveau Coronavirus , ont été vendredi, à Luanda, au centre d'une audience que la Première dame d'Angola, Ana Dias Lourenço, a accordée à la ministre d'Etat aux Affaires sociales, Carolina Cerqueira.

La situation des populations plus vulnérables, et notamment celle de la femme enceinte, a de même été débattue au cours de cet entretien, auquel a également pris part la ministre de la Santé, Sílvia Lutucuta.

Réduire, jusqu'en 2021, de 26% à 14% le taux de transmission du VIH de la mère à l'enfant, tel est l'objectif de la Campagne « Nascer Libre para Brilhar» (Naitre libre pour briller), menée à l'initiative de la Première dame d'Angola.

Interpellée par la presse, au bout de la rencontre, la ministre d'Etat aux Affaires sociales a expliqué qu'à l'échelle nationale, le dit programme concernait, outre Luanda, la capitale du pays, les provinces de Bié, de Cunene, de Cuanza Sul, de Huambo, de Huila, de Lunda et de Moxico.

« Nous sommes venues informer la Première dame sur les programmes d'assistance et de suivi aux populations que nous menons présentement», a précisé Carolina Cerqueira.

Dans la campagne de dépistage du virus du Covid-19 la priorité pour le test revient aux femmes enceintes, a-t-elle souligné.

La campagne nationale « Nascer Libre para Brilhar » a été lancée en décembre 2018 par la Première dame d'Angola depuis Luena, chef-lieu de la province de Moxico (Est).

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.