Congo-Brazzaville: COVID-19 - La pandémie impacte fortement la pêche et l'aquaculture

Les effets du coronavirus (Covid-19) influent négativement sur les activités nécessaires à l'acheminement des produits de la filière halieutique et aquacole des zones de production jusqu'aux consommateurs.

Selon un rapport publié par l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), la crise du coronavirus a des conséquences néfastes sur les moyens de subsistance des pêcheurs et des aquaculteurs. Elle n'épargne pas non plus la sécurité alimentaire et la nutrition des populations qui dépendent fortement du poisson et autres produits aquatiques pour combler leurs besoins en protéines animales et en micronutriments essentiels.

Le secteur halieutique est en effet soumis aux effets indirects de la pandémie en raison de l'évolution de la demande des consommateurs, de l'accès au marché ou de problèmes logistiques liés aux restrictions imposées aux transports et aux frontières.

Pour ce faire, la FAO propose des mesures visant à protéger et soutenir la chaîne d'approvisionnement à savoir : prolonger la saison de pêche afin de compenser les pertes économiques, améliorer l'accès des aquaculteurs aux crédits et aux programmes de micro financement assortis de taux d'intérêts réduits, d'un remboursement flexible des prêts, accélérer la délivrance des visas afin que les travailleurs temporaires, saisonniers et étrangers puissent participer aux activités de pêche.

Il s'agit également d'accroître l'achat de produits de la mer par les pouvoirs publics, aux fins d'une utilisation institutionnelle ; de relier les centres halieutiques et les villages de pêcheurs à des services tels que les cuisines collectives locales de la région, ou les variétés de poisson les plus petites ; de réduire les activités de pêche en raison d'une baisse de la demande et de prix ; de limiter le niveau de pêche actuellement pratiquée pour répondre à la demande actuelle, tout en veillant à la sécurité alimentaire locale.

Par ailleurs, financer des programmes destinés à couvrir les pertes de production et de revenus permettra de maintenir les chaînes d'approvisionnement nationales de l'halieutico-aquacole et de garantir la continuité des activités. Il sera également question de mettre l'aquaculture sur un pied d'égalité avec l'agriculture en ce qui concerne le crédit aux secteurs prioritaires, l'assurance récolte, les tarifs d'électricité et d'autres prélèvements.

Il sied de rappeler que les mesures sanitaires notamment la distanciation physique entre les membres de l'équipage en mer et le port des masques pourront rendre la pêche difficile et entraîner l'arrêt ou la réduction de l'activité.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.