Ile Maurice: Pointe-aux-Sable - Mamans et enfants expulsés

Ils seront contraints à vivre à la belle étoile dès ce soir... Mais personne ne sait où. Plus de 70 familles, qui squattaient un terrain à Pointe-aux-Sables, ont eu 48 heures pour vider les lieux - le délai expirant en ce dimanche 24 mai - suivant un ordre d'éviction de l'État.

S'ils sont dans l'illégalité, d'aucuns s'interrogent sur le «timing» de cette expulsion, alors que le pays entame une période graduelle de confinement et que le Covid-19 a laissé des séquelles partout, surtout chez les plus vulnérables...

Les images et les récits de ces personnes, qui logent temporaire¬ment sur les terrains du gouverne¬ment, ont en tout cas fait le tour de la Toile.

Depuis vendredi, après le passage des officiers du ministère du Logement et des Terres, Joella Denis a perdu le sommeil.

Cette mère de deux enfants en bas âge, dont un est grièvement malade, remue ciel et terre pour lui venir en aide. «Où aller ? Je n'ai personne qui puisse m'accueillir.»

Elle raconte que cela fait déjà deux mois depuis qu'elle habite à Pointe-aux-Sables. Même qu'elle a sollicité l'aide de la police, il y va de la survie de ses enfants.

«Mon bébé n'a qu'un seul rein. Il souffre d'un handicap au pied et aussi de problèmes à l'estomac.» Si elle s'en est sortie jusqu'ici, c'est aussi grâce à l'aide de ses voisins, même si ces derniers ne sont souvent pas mieux lotis.

Elle n'est pas la seule à se retrouver dans cette situation. Josie Genave, mère de trois enfants, ne sait plus à quel saint se vouer. «Mo latet fatigé, népli koné ki pou fer.»

Cette dernière habite là depuis octobre et soutient qu'elle n'a pas les moyens d'aller chercher un autre abri. «Je louais une maison à Rs 7 500, mais je n'ai plus les moyens de le faire.»

Expulsée en tant que locataire, elle était venue chercher refuge sur ces terres de l'État. Les autorités, assure-t-elle, sont au courant du fait qu'elle habite là. «Je suis allée faire des démarches à Ébène pour régulariser ma situation. Mais je n'ai jamais eu de retour.»

Désemparées, ces deux ma¬mans implorent les autorités. «Kot nou pou alé sirtou dan sa peryod-la. Pa les nou koumsa... »

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.