Afrique de l'Ouest: Opération de lutte anti-terroriste, baptisée "Comoe 2020" - Les patrons de l'armée ivoirienne et burkinabè félicitent leurs hommes sur le terrain

Les chefs d’état-major des armées du Burkina et de la Côte d’Ivoire ont félicité et encouragé les troupes déployées sur le terrain.

Le Général de Corps d'Armée Lassina DOUMBIA et son homologue des Forces Armées du Burkina Faso, le Général de Brigade Moïse MINOUNGOU, ont effectué une visite terrain ce vendredi 22 mai 2020 dans la localité frontalière de Kafolon-BAC.

Objectif, féliciter de vive voix, les troupes ivoiriennes et burkinabè engagées depuis plus d'une semaine dans le cadre de l'opération de lutte anti-terroriste, baptisée "COMOE 2020".

Planifiée depuis le mois de février 2020, l'opération de sécurisation de la bande frontalière commune baptisée "COMOE 2020", a été lancée conjointement le 11 mai sur les quelques 580 km de frontière terrestre que se partagent la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso.

Cette opération vise à endiguer dans cette zone couverte de forêts, les trafics illicites, les braquages à main armée mais surtout l'action des Groupes Armées Terroristes (GAT). Les deux armées ont mutualisé, à cet effet, leurs compétences, et leurs moyens techniques et personnels.

Côté Ivoirien, il s'est agi de contrôler, la zone comprise entre LALERABA-PETIT NAGPOU-SIKOLO-KAFOLON BAC, quand la partie burkinabè se devait de faire le bouclage et le ratissage du périmètre OUO-OUANGOLODOUGOU-YENDERE- DAGBINDOUGOU.

Cette opération, la première du genre entre les deux armées, a été un succès sur le plan opérationnel.

Présents sur les lieux, les Chefs d'Etat-Major des Armées de Côte d'Ivoire et du Burkina Faso, ont tenu à féliciter l'ensemble des troupes engagées sur le théâtre des opérations pour la franche collaboration entre les forces et la bonne coordination des actions qui ont permis d'obtenir ces résultats probants.

Pour le Général de Corps d'Armée Lassina DOUMBIA, Chef d'Etat-Major Général des Armées de Côte d'Ivoire « des dernières attaques terroristes survenues dans la zone sud du Burkina Faso, certaines ont eu lieu à moins de 10 kms de la frontière commune. Ce qui a suscité des interrogations.

Pour notre part, nous estimons qu'aucun Etat ne devrait laisser utiliser une portion quelconque de son territoire, pour préparer, organiser et mener des attaques en territoire voisin, ou servir de zone refuge après la commission de tels forfaits. Cela relève de la morale. Cette opération conjointe aura permis de lever les doutes. »

Au bilan, une base terroriste a été démantelée en territoire burkinabè, huit (08) combattants armés des GAT tués, des armements, munitions, équipements informatiques, téléphones portables et motocyclettes saisis.

Environ 24 suspects interpellés par les forces burkinabè et 14 par les forces ivoiriennes, ont été mis à la disposition des services de renseignements.

Si l'opération a montré qu'aucune base terroriste n'existe sur le territoire ivoirien, toutes les zones identifiées comme pouvant servir de refuge dans la forêt de la Comoé ont fait l'objet de fouille et de ratissage.

Pour le Chef d'Etat-Major des armées du Burkina Faso, de telles initiatives sont à réitérer entre forces armées alliées afin de venir à bout de l'insécurité endémique dans la zone au sud du Sahara.

«Comme vous l'avez vu, ces résultats probants ont été obtenus grâce à la coopération entre nos deux armées. Quand vous menez seul une offensive, eux, ne respectant pas les frontières, ont le temps de s'échapper. Cette fois, il n'y avait pas d'issue pour eux. C'est une initiative à poursuivre. »

L'Opération "COMOE 2020", qui se déroule en pleine pandémie de la COVID-19, a été le lieu pour les Forces Armées des deux pays, en plus de la sensibilisation, de faire des dons en matériels de protection contre la COVID 19, aux populations locales : Masques, seaux à robinet, gels hydroalcooliques, savons liquides, eau de javel et savons en poudre ont été offerts aux villages dans la zone d'opération. Cette action civilo-militaire vient participer au renforcement de la cohésion entre les armées ivoiriennes et burkinabè et leurs populations respectives.

De retour, au 4ème Bataillon d'infanterie de Korhogo, unité en charge de la défense de la zone cible de l'opération conjointe, c'est en langage clair que s'est adressé le Général de Corps d'Armée Lassina Doumbia à ses hommes. Tout en les félicitant, il les a appelés à la plus haute vigilance dans cet espace sensible, à faire preuve de professionnalisme, de rigueur personnelle et surtout de patriotisme. Le Chef d'Etat-Major Général des Armées, a terminé par annoncer, un imminent renforcement des capacités opérationnelles des unités présentes dans le nord, au regard des menaces qui pèsent sur la zone dont elles ont la responsabilité.

Déjà initié par les opérations "Bordure Protectrice" et maintenant "Frontière Etanche", l'Ordre d'Opération "COMOE 2020" toujours en cours, vient révéler la volonté des Forces Armées de Côte d'Ivoire de préserver par tous moyens, le territoire ivoirien contre les GAT et de participer au rétablissement de la sécurité régionale.

Plus de: L'Intelligent d'Abidjan

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.