Sénégal: Marième Dème, Directrice régionale de WaterAid - « Le lavage des mains doit être ancré dans nos habitudes »

Le lavage des mains est devenu par la force des choses une des bonnes pratiques d'hygiène la plus répandue. La directrice régionale de WaterAid, Marième Dème, prêche pour sa préservation car l'humanité fera face à d'autres pandémies et épidémies.

Le temps a donné raison à ceux qui avaient fait de la promotion de l'hygiène leur champ d'action. Bien avant l'apparition de la pandémie, des organismes comme WaterAid ont mené des campagnes de sensibilisation en appelant les gouvernements à investir dans l'hygiène, l'assainissement et l'accès à l'eau potable.

« La Covid-19 va certainement disparaître. Mais il y aura d'autres pandémies. Nous devons investir, dans le long terme.

Nous ne devons pas attendre des pandémies pour faire des séances d'éducation pour un changement de comportement », a prêché Marième Dème, lors de la remise de dispositifs de lavage des mains à la Direction de l'Hygiène.

Selon cette dernière, les gouvernements gagneraient à aider les communautés à être résilientes. Ainsi, elles pourront mieux faire face aux éventuelles pandémies et épidémies.

En réalité, bien avant l'apparition de la maladie à coronavirus, les organisations de la société civile avaient démontré que le lavage des mains, l'accès aux services d'assainissement et à l'eau sont des déterminants de la santé.

Les chiffres le justifient. Chaque jour 4000 enfants meurent à cause du manque d'eau et des milliers de personnes perdent la vie à travers le monde à cause d'un déficit d'hygiène. L'incidence de la disponibilité de ces services a été rappelée par la directrice régionale de WaterAid, Marième Dème.

« Cette pandémie est venue, nous rappeler, que nous ne faisons pas suffisamment d'efforts pour l'hygiène, l'assainissement et l'accès à l'eau potable. Il est impérieux de repenser les priorités dans nos pays », a plaidé Marième Dème.

Elle se réjouit de l'appropriation, à grande échelle, des bonnes pratiques, dans plusieurs pays d'Afrique. Toutefois la directrice de WaterAid invite les autorités à assurer la disponibilité de l'eau, dans toutes les zones pour le lavage régulier des mains.

« Nous ne pouvons pas demander aux populations du Ferlo de se laver les mains, car elles n'ont pas de l'eau, ni du savon », a argumenté Marième Dème.

Elle pense qu'il y a un travail à faire pour ancrer les bonnes pratiques au sein des communautés. Le défi pour cette organisation, c'est d'amener, les populations à se conformer aux règles d'hygiène pour prévenir ou réduire les incidences des épidémies qui sont de plus en plus fréquentes.

« Avec la maladie à coronavirus, nos Etats ont investi des milliards pour les soins, pour l'assistance alimentaire des populations, ils auraient dépensé moins, si auparavant, ils avaient consenti des ressources financières pour sensibiliser pour les populations », a estimé Marième Dème.

Elle regrette que l'urbanisation ait emporté avec elle, les bonnes pratiques en Afrique notamment dans des villages où les femmes baillaient les rues et les concessions, nettoyaient les coins et recoins des habitations.

Après l'intervention de la directrice régionale de WaterAid, Moustapha Kane, le chef de la Division Education à l'Hygiène de la Direction de l'Hygiène a embouché la même trompette.

Cette crise sanitaire, reconnaît-il, a permis de démontrer l'importance de l'appropriation des règles. Il a salué la soixantaine de dispositifs de lavage des mains offerts par WaterAid. Ces kits d'hygiène seront remis en priorité aux Daaras.

« Ces dispositifs de lavage des mains aideront les talibés à appliquer les messages que nous délivrons, lors des séances de sensibilisation », a fait remarquer Moustapha Kane. Idrissa SANE

A La Une: Sénégal

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.