Ile Maurice: Mauriciens bloqués sur les bateaux de croisières - Le cri du coeur des proches

Colère, angoisse, incertitude... Autant de sentiments qui animent les proches des travailleurs mauriciens coincés sur des bateaux de croisière, depuis environ deux mois. C'est le cas de 33 Mauriciens qui se trouvent actuellement à bord du MSC Orchestra, à Durban, et attendent que des vols de rapatriement vinnent les récuprer pour qu'ils puissent revoir leur famille. Alors que la plupart de leurs collègues, de différentes nationalités, ont pu rentrer chez eux.

«Mo pli gran krint, séki mo misié pa kapav rétourn Moris. Ki mo zanfan pa kav rétrouv so papa. Mo léker fermal toulézour», déplore l'épouse de l'un d'entre eux.

Cette dernière, mère d'un enfant âgé d'un an, essaye tant bien que mal d'alerter les autorités mauriciennes sur la situation. «Sa viris-la pé propazé partou. Mo per mo misié pa rési trouv so zanfan grandi ou ki mo fami pa réini kouma avan», pleure-t-elle.

La mère de famille avance que les 33 Mauriciens se trouvant à bord du MSC Orchestra ont été soumis à des tests de dépistage au Covid-19, qui se sont révélés négatifs.

Et d'ajouter qu'«ils continuent de prendre toutes les précautions nécessaires, afin d'avoir une chance de rentrer au pays». Ils sont la plupart du temps confinés dans leur chambre, poursuit-elle.

Et ont même indiqué qu'ils respecteront le protocole du ministère de la Santé une fois rentrés au pays, c'est-à-dire être placés à nouveau en quarantaine.

Contactés vendredi, certains des Mauriciens se trouvant à bord du MSC Orchestra avancent être à bout de forces. Ils ne comprennent pas l'indifférence du ministère des Affaires étrangères.

«Pour plusieurs, nos contrats sont déjà à terme depuis mars. Nous devions déjà être avec notre famille, nos proches. Nou éna zanfan pé atann nou», lâche une employée. Elle nous confie qu'elle demande tous les jours des nouvelles à la direction du MSC Orchestra concernant leur rapatriement.

«La direction nous a fait comprendre que tant que le gouvernement mauricien ne donnera pas son aval, rien ne changera.

Elle a fait ressortir qu'elle était d'ailleurs disposée à prendre en charge tous les frais de rapatriement. Nou pa konpran kifer nou pé bizin res la. Nou latet fatigé», soutient cette employée du MSC Orchestra.

L'angoisse est bien réelle pour les proches de ces 33 Mauriciens bloqués à Durban. Cela, bien qu'ils soient en contact virtuel tous les jours. «Nou trouv dimounn pé dir bizin les zot laba mem, tansion zot amenn Covid-19.

Bé nou pa konpran kifer, tou zot test négatif. Qui plus est, Durban n'est qu'à quatre heures de vol de Maurice, pourquoi le gouvernement donne priorité aux Mauriciens bloqués en Inde ou encore en Australie ?» fustigent des membres de leur famille.

À ce jour, il ne reste que quelques Malgaches et les 33 Mauriciens bloqués à bord du MSC Orchestra. Les derniers travailleurs à avoir été rapatriés, il y a à peine quelques jours, sont des Indiens. «Leur gouvernement a fait le nécessaire pour eux... »

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.