Angola: Le pays adopte l'état de catastrophe

Luanda — Le Conseil des ministres a approuvé ce lundi un diplôme juridique déclarant l'état de catastrophe publique en Angola, remplaçant l'état d'urgence.

Selon le communiqué final de la réunion de l'organe auxiliaire du Président de la République, la mesure doit entrer en vigueur le 26 mai à minuit.

Le diplôme établit les mesures à appliquer pendant sa durée de validité, ainsi que les règles de fonctionnement des services publics et privés.

La décision, selon le document auquel l'ANGOP a eu accès, vise à ramener progressivement la vie sociale du pays à l'état normal, bien que l'exécutif reconnaisse l'existence d'un "risque de contamination" encore élevé par le nouveau coronavirus (Covid19).

Selon le communiqué, le gouvernement angolais "ne peut ignorer les graves conséquences économiques résultant de l'arrêt de la vie sociale et de l'effet sur les droits fondamentaux".

Pour cette raison, la nouvelle mesure vise "un équilibre proportionnel entre la protection de la santé publique et l'exercice normal des activités économiques et sociales", indique le document.

Entre autres mesures, selon les termes définis par les autorités compétentes, l'isolement de la province de Luanda est maintenu de minuit du 26 mai à 23h59 de 09 juin prochain.

Toutefois, l'exécutif recommande aux citoyens de s'abstenir de se promener sur les voies publiques et dans les espaces et routes privées similaires aux voies publiques, ainsi que de rester à la maison, et ne sortir que pour des affaires nécessaires et inévitables.

Dans le cadre de l"état de catastrophe publique, des règles spécifiques ont également été établies pour les établissements d'enseignement, concernant les centres de formation professionnelle, les compétitions et la pratique sportive, le commerce des biens et services en général, les restaurants et similaires.

L'Exécutif a également défini des règles de procédure pour les activités industrielles, l'agriculture, la pêche, la construction civile et les travaux publics, la tenue d'activités et de réunions, les activités religieuses, les unités de santé, les visites aux hôpitaux et aux établissements pénitentiaires, l'exploitation des transports des personnes et des biens, les hôtels et les établissements similaires, outre le fonctionnement des services publics en général.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.