Congo-Kinshasa: Procès Kamerhe - L'accusé voudrait "comprendre"

Le procès du directeur de cabinet du président Tshisekedi, Vital Kamerhe, a repris à la prison de Makala à Kinshasa. Les avocats de la défense ont rappelé une fois de plus leur demande de remise en liberté provisoire.

Les trois co-accusés, Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président Tshisekedi, Samih Jammal, directeur général des sociétés Samibo Congo et Husmal, ainsi que le chargé d'import-export à la présidence de la République, Jeannot Muhima, se sont présentés ce lundi (25.05.2020) à la barre.

Les prévenus ont eu chacun à répondre à une gamme de questions pour éclairer le tribunal sur les faits qui leur sont reprochés: le détournement des fonds destinés à l'achat de 4.500 logements sociaux prévus dans le cadre du programme des 100 premiers jours du chef de l'Etat, un préjudice d'un montant d'environ 50 millions de dollars.

D'abord Jeannot Muhima puis Samih Jammal et enfin, Vital Kamerhe.

Demande d'explication des deux côtés

Ce dernier, avant de répondre aux préoccupations de la République, partie civile dans cette affaire, et du ministère public, a souligné qu'il ne comprenait pas la raison de sa présence à la prison de Makala. Vital Kamerhe.

"De tout ce que j'ai entendu ici, ma femme, mes enfants, le peuple congolais, le président de la République et toutes les personnes de bonne foi ont suivi ce débat. Je voudrais donc qu'on puisse m'aider à comprendre pourquoi je me trouve à Makala au regard de cette première charge. Je voudrais comprendre."

De son côté, l'officier du ministère public a répondu que l'unique façon pour le prévenu Vital Kamerhe de comprendre pourquoi il est détenu, c'est de tout simplement répondre aux questions posées.

"C'est la partie prévenue qui doit répondre aux questions du tribunal, de la partie civile et du ministère public. S'il cherche à comprendre pourquoi il est devant la barre, qu'il réponde aux questions, il va déduire de ces questions que nous posons, les faits pour lesquels il est poursuivi."

Des anciens ministres cités comme témoins

Plusieurs personnalités, notamment des anciens ministres parmi lesquels Justin Bitakwira, ex-ministre du Développement rural et des ministres en fonction, dont John Ntumba de l'Enseignement professionnel et Molendo Sakombi des Affaires foncières, ont été cités comme témoins.

Parmi les témoins figurent également Hamida Shatur et Soraya Mpiana, respectivement épouse et belle-fille de Vital Kamerhe.

Les témoins interviendront le 3 juin car l'audience a été suspendue jusqu'à mercredi prochain.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.