Burundi: L'opposition conteste la victoire d'Evariste Ndayishimiye

Evariste Ndayishimiye

Le candidat du parti au pouvoir a obtenu 68,72% des voix contre 24,19% à Agathon Rwasa, son principal adversaire. Des résultats publiés ce lundi 25 mai et contestés par l'opposition qui parle de "mascarade électorale".

Pour l'opposition burundaise qui aspire depuis des années à une alternance démocratique, la victoire d'Evariste Ndayishimiye n'est rien d'autre qu'une "mascarade électorale".

Le porte-parole du Conseil national pour la liberté (CNL), le parti d'Agathon Rwasa, dénonce les fraudes qui ont selon lui, émaillé les élections du 20 mai dernier.

Pancrace Cimpaye, opposant en exil à Bruxelles, parle pour sa part de coup d'état. "C'est un coup d'état contre la volonté du peuple qui était mobilisé derrière la caravane du changement conduite par Agathon Rwasa. C'est un coup de force et il n'y a pas beaucoup de mots pour le dire" s'indigne l'opposant burundais.

Le pouvoir dément

Au Conseil national pour la liberté qui crie à la fraude, l'Ambassadeur Albert Shingiro, rejette ces accusations. "Le candidat dont il est question, il a toujours rejeté le verdict des urnes depuis 2010. Je pense qu'il reviendra à la raison parce que tout a été fait dans la transparence et les résultats ont été publiés en ligne en temps réel avec la synergie de plus de 30 médias y compris ceux qui sont proches de l'opposition" rétorque le représentant permanent du Burundi auprès des Nations unies.

Recours contre main tendue

Le parti d'Agathon Rwasa rejette donc les résultats proclamés par la Commission électorale et annonce que conformément à la loi, il va déposer ce mardi (26.05.2020) ou mercredi (27.05.2020), un recours devant la Cour constitutionnelle.

Un recours qui n'a aucune chance d'aboutir, selon l'opposant Pancrace Cimpaye qui en appelle plutôt à l'unité de l'opposition pour faire respecter la volonté populaire : "L'opposition a le devoir et l'obligation de plaider pour cette population qui va être meurtrie, torturée, emprisonnée, exilée. Aujourd'hui, l'opposition doit taire les rivalités grotesques de positionnement pour s'occuper enfin de ce peuple qui s'était levé comme un seul homme pour chasser ce pouvoir."

Quant au représentant permanent du Burundi auprès des Nations unies, Albert Shingiro, il se veut rassurant sur le processus politique dans le pays avec l'arrivée au pouvoir d'Evariste Ndayishimiye. "Le général Evariste Ndayishimiye, c'est un homme rassembleur, fédérateur, qui, dans toutes ses actions, met en avant l'inclusivité. Pour lui, c'est la victoire de tout le peuple burundais, un peuple digne, fier et souverain. Ceux qui se sentent défaits seront aussi inclus dans la gestion du pays " estime le diplomate burundais.

La réaction des capitales occidentales est attendue. Vont-elles prendre acte de la victoire d'Evariste Ndayishimiye ?

Le successeur de Pierre Nkurunziza doit être investi en août pour un mandat de sept ans renouvelable une fois.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.