Congo-Kinshasa: Passeport biométrique - Tumba Nzeza plante le décor de la fin du contrat RDC-Semlex

Dans une lettre datée du 07 mai 2020 adressée à Albert Mario Karaziwan, président du Consortium des Sociétés du Groupe Semlex, avec copies au Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi, et au Premier ministre, Sylvestre Ilunga, la ministre d'Etat et ministre des Affaires Etrangères, Marie Tumba Nzeza, fait savoir au destinataire que le gouvernement congolais n'est pas du tout disposé à renouveler le contrat de fabrication des passeports biométriques. A cet effet, elle l'invite à faire l'état des lieux, au sein d'une commission mixte, afin de déterminer les modalités de gestion de la période transitoire courant jusqu'au 11 juin 2020, date de l'expiration du partenariat.

Des millions de Congolaises et Congolais, mécontents du contrat manifestement léonin qui liait la RDC et la firme belge Semlex pendant 5 ans dans la production des passeports biométriques, à un coût exorbitant de 180 dollars américains la pièce, mais aussi des rétro-commissions que pompait une société-écran appartenant à un membre de la famille de l'ancien Chef de l'Etat, ne juraient que par son non renouvellement. Leur vœu est en passe d'être exaucé.

Entre-temps, des actions judiciaires, initiées contre Semlex par des Congolais résidant en Belgique ainsi que plusieurs Ong, sont pendantes devant les tribunaux belges. Les différentes parties civiles tiennent à ce que Semlex soit sanctionnée financièrement, pour avoir produit, pendant plusieurs années, des passeports biométriques à 180 dollars la pièce, alors que ce document d'identité ne devrait pas coûter plus de 25 dollars américains, selon des chiffres comparatifs avec des passeports d'autres Etats.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.