Congo-Kinshasa: La déchéance de Jean-Marc Kabund plombe les efforts de la coalition FCC - CACH !

Des simples frustrations ont désormais fait place aux grandes contradictions. En défénestrant Jean-Marc Kabund, 1er Vice-président de l'Assemblée nationale, les élus du peuple viennent, sans nul doute, de signer l'acte de décès de la coalition FCC - CACH, soubassement de première alternance dite pacifique en RD Congo.

Un certain 29 juillet 2019, un accord de coalition avait vu le jour, dans la convivialité, au Kempinski Fleuve Congo Hôtel. Aussi, la déchéance d'un des piliers dudit accord suite à la pétition initiée par le Député national Jean-Jacques Mamba placé en résidence surveillée, ouvre-t-elle la voie vers la bouillabaisse politique.

Tout remonte au deal entre Joseph Kabila et Félix Tshisekedi, respectivement Chef de file du FCC et Autorité morale de CACH. Le 24 janvier 2019, il y a eu passation civilisée des pouvoirs entre ces deux leaders devant les caméras du monde. Au mois de mai de la même année, un Premier ministre issu du FCC, Sylvestre Ilunga, est nommé et, quelques mois après, son gouvernement est investi à la Chambre Basse du Parlement. En ce milieu d'année 2020, cette coalition est en train de préparer une mise en place au niveau des entreprises publiques.

A présent que le président ad intérim de l'UDPS, parti présidentiel, vient d'être déchu de son poste de 1er vice-président de cette institution parlementaire, une crise politique sans précédent s'annonce. Déjà, la plénière de ce lundi 25 mai s'est tenue sous une vive tension. Et quelle sera la réaction de la base de cette formation politique qui a milité pendant près de 37 ans au sein de l'opposition ? Beaucoup d'analystes prédisent la dissolution de l'Assemblée nationale suite à ce déboulonnage d'un des acteurs-clés de l'accord de coalition. Est-ce que la République dispose de suffisamment de moyens pour convoquer le corps électoral dans un temps record.

En raison du Coronavirus qui plonge quasiment tous les pays du monde dont la RDC dans une situation délétère, confinement de la Gombe (centre des affaires), une crise politique majeure risquerait de réveiller les vieux démons de l'instabilité, de la crise de légitimité, voire, le chaos. Les acteurs politiques ont donc intérêt de mettre un peu d'eau dans leur vin afin de préserver la paix sociale chèrement acquise.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.