Congo-Kinshasa: Etat de droit - Kinshasa sous "pression" de Washington !

Washington pousse SEM Félix Antoine Tshisekedi à mettre en place toutes affaires cessantes un nouvel ordre politique fondé sur l'érection d'un véritable État de droit démocratique en République Démocratique du Congo et de prendre ses distances physiques et sociales avec les anciens dirigeants du régime criminel de l'Afdl au Congo

Tout est en train de se jouer sur le plan juridique. Et c'est la Cour Constitutionnelle qui va sonner le glas de la séparation de la plateforme "FCC-CASH" comme un divorce sans participation aux acquêts.

Sur le plan tac tic, SEM Félix Antoine Tshisekedi devrait s'appuyer sur les 5 éléments stratégiques suivants :

- Primo, il s'agit des requêtes en déchéance des plusieurs mandats parlementaires de la plupart des individus qui s'étaient alignés derrière Madame Nene Nkulu au sein de la plateforme AFDC-A.

En effet, en date du 14 mai 2020, la Cour Constitutionnelle avait notifiée d'une requête en déchéance du mandat à plusieurs députés de l'AFDC/Alliés en ce qui concerne le regroupement politique AFDC- A et particulièrement les députés Nene Nkulu,

Mudekereza Namegabe Olive, élue de Walungu, Munyomo Baswilango Patrick, élu de Goma/ville et Solange Masumbuko, élue sur la liste AFDC-A/FCC.

Nous rappelons qu'à l'approche des élections du bureau du Sénat, l'autorité morale du regroupement politique ancien membre du FCC le sénateur Modeste Bahati Lukwebo avait décidé de défier le candidat FCC au poste du président du Sénat Sieur Alexis Thambwe Mwamba.

Depuis lors, l'AFDC-A a été frappée par un bicéphalisme, entre l'aile Bahati Lukwebo qui penche davantage vers l'UDPS et l'aile Nene Nkulu qui avait décidé de rester au FCC. D'où, la guerre de leadership de l'AFDC-A.

Outre la notification de la Cour Constitutionnelle, une autre correspondance dans le passé du Ministère de l'Intérieur reconnaît la paternité et l'exclusivité du label AFDC-A au sénateur Modeste Bahati Lukwebo.

Avec le renforcement du leadership du sénateur Modeste Bahati Lukwebo qui va probablement recouvrer son autorité sur sa plateforme AFDC-A la configuration de la domination du FCC va s'effriter.

- Secundo, sur le plan de la légalité la Cour Constitutionnelle va jouer sa partition pour dénoncer l'inconstitutionnalité "ex-post" de la conformité de l'acte portant nomination de Sylvestre Ilunga Ilunkamba en qualité de Premier Ministre.

En effet, lors de la nomination du Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, aucune Ordonnance Présidentielle n'était venue nommée un informateur pour identifier la majorité parlementaire !

SEM Félix Antoine Tshisekedi devrait soumettre l'ordonnance portant nomination, organisation et fonctionnement du gouvernement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba à la Cour Constitutionnelle pour un examen "Ex-post" de sa conformité à la Constitution.

Étant donné qu'il avait violé la procédure de nomination du Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba pour n'avoir pas nommé un informateur, en faisant tout simplement mention que de la coalition "FCC-CACH" qui ne sont que des plateformes électorales non reconnues dans la constitution, le juge constitutionnel n'aura pas de choix que d'annuler l'acte portant nomination du Premier Ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba exigeant ainsi, l'identification de la majorité parlementaire en passant par la nomination de l'informateur conformément à l'article 78 de la Constitution.

- Tercio, nous soulignons le fait que la nomination du formateur relève des pouvoirs discrétionnaires et des attributions régaliennes du Président de la République en vertu de l'article 78 de la Constitution.

En tant que Président de la République, SEM Félix Antoine Tshisekedi devrait consulter la majorité parlementaire, avant la nomination de ce formateur.

Avec les faits nouveaux que provoquent le renforcement de l'autorité du sénateur Modeste Bahati Lukwebo sur la plateforme Afdc, SEM Félix Antoine Tshisekedi devrait nommer un formateur pour procéder à la formation du gouvernement.

- Quarto, SEM Félix Antoine Tshisekedi à toutes les cartes en mains pour entrer dans l'histoire politique de la République Démocratique du Congo comme un Président bâtisseur d'un véritable État de droit où la classe politique sera renouvelée de fond en comble à travers les élections libres, transparentes et démocratiques.

Tous les Congolais et toute la communauté internationale notamment l'hyperpuissance américaine est derrière SEM Félix Antoine Tshisekedi pour l'apporter leur assistance afin de mettre fin à la mainmise des anciens dirigeants du régime criminel de l'afdl au Congo qui ne jurent qu'à remettre en scelle leur autorité morale le dénommé Joseph Kabila.

Comme les deux chambres du Parlement se concertent pour remplacer Corneille Nangaa à la Présidence de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) dès la session parlementaire de septembre prochain, il ne faudrait surtout pas laisser les anciens dirigeants du régime criminel de l'afdl reprendre les poils de la bête en passant en force !

Raison pour laquelle SEM Félix Antoine Tshisekedi est en face des deux choix soit il se constitue une majorité parlementaire qui lui sera totalement acquise jusqu'à la fin de son mandat, soit il dissous tout simplement le Parlement national !

- Cinqua, l'hyperpuissance américaine attend le "Go Ahead" de SEM Félix Antoine Tshisekedi pour neutraliser les anciens dirigeants du régime criminel de l'afdl au Congo sur qui pèsent les soupçons des crimes imprescriptibles notamment les crimes contre l'humanité, les crimes de génocide, les crimes de guerre, les fausses communes, plusieurs exactions extrajudiciaires etc.

Washington s'est même prononcé pour renforcer les capacités de l'administration de la justice qui ne devrait pas consacrer l'impunité aux anciens dirigeants du régime criminel de l'afdl au Congo !

Mike Pompeo, Secrétaire d'état américain avait refusé de venir à Kinshasa comme promis durant sa visite d'Etat au mois de juillet en Angola puisque SEM Félix Antoine Tshisekedi ne voulait pas livrer l'autorité morale du régime criminel de l'afdl au Congo le dénommé Joseph Kabila et certains de ses affidés.

Et pourtant, SEM Félix Antoine Tshisekedi, Chef de l'État et le Secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo avaient réitérés leur détermination à faire progresser le Partenariat Privilégié pour la Paix et la Prospérité (PP4PP) existant entre la République Démocratique du Congo et les États-Unis d'Amérique.

Les deux personnalités avaient échangé abondamment le mardi 3 mars 2020 au Département d'Etat, à Washington DC sur ce que SEM Félix Antoine Tshisekedi devait obligatoirement faire pour obtenir le soutien plein et entier des USA.

La rencontre de Washington avait permis d'examiner toutes les possibilités politiques et diplomatiques à mettre sur pied pour continuer à soutenir l'agenda politique du changement prôné par SEM Félix Antoine Tshisekedi, Chef de l'Etat.

Qu'est-ce que SEM Félix Antoine Tshisekedi doit faire pour bénéficier de l'appui de Washington DC ?

Sans hésiter, le Chef de la diplomatie des USA Mike Pompeo avait fait cette déclaration martiale : « Nous soutenons le programme de réforme du Président Félix Antoine Tshisekedi pour lutter contre la corruption et renforcer la démocratie et espérons que la République Démocratique du Congo pourra poursuivre cette trajectoire positive ».

Bien plus, SEM Félix Antoine

Tshisekedi et le Chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo qui raffermissent les liens diplomatiques entre la RDC et les USA visent comme objectifs de renforcer la lutte contre la corruption, améliorer le climat des affaires et attirer davantage des investissements directs américains en République Démocratique du Congo et aussi améliorer la situation des droits de l'homme au profit du peuple congolais.

Nous rappelons que depuis son investiture, SEM Félix Antoine Tshisekedi s'était rendu quatre fois en visite de travail aux Etats-Unis d'Amérique.

Ce soir Washington se réjouit des difficultés politiques qui s'érigent comme des obstacles insurmontables sur la route de l'autorité morale du régime criminel de l'afdl au Congo le dénommé Joseph Kabila.

Cet individu risque une humiliation publique avec les tests ADN que le nommé Ibrahim Kabila Tuaric lui réclame en l'accusant publiquement de captation d'héritage de feu son père l'ancien Président de la République Démocratique du Congo Laurent Désiré Kabila !

Tous les services des renseignements civils et militaires américaines en poste en République Démocratique du Congo observent attentivement l'issue de cette saga judiciaire en coulisses.

Et SEM Mike Hammer ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des États-unis d'Amérique en République Démocratique du Congo réitère le soutien plein et entier des USA dans le programme de SEM Félix Antoine Tshisekedi de construire en République Démocratique du Congo un véritable État de droit qui fera la promotion d'une nouvelle classe politique à travers les élections libres, transparentes et démocratiques.

Photographie instantanée de SEM Mike Hammer, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire des Etats-unis d'Amérique dans la salle de Conseil des Ministres à la Présidence de la République Démocratique du Congo.

Dont acte

Maître Beylard David PhD

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.