Afrique: Les États-Unis demandent une enquête indépendante sur le président de la BAD

La Banque africaine de développement n'est pas sortie de la tourmente. Son président, Akinwumi Adesina, avait été blanchi au début du mois des accusations qui pesaient contre lui. Mais les États-Unis demandent une nouvelle enquête.

Steven Mnuchin, secrétaire américain au Trésor, fait part de ses « réserves » sur l'enquête menée par le comité d'éthique de la Banque africaine de développement, et en demande une nouvelle, qui serait menée par « un enquêteur extérieur indépendant. »

Les États-Unis, pays contributeur qui fait partie des administrateurs de l'institution financière du continent, relance donc la polémique autour du président de la BAD.

Steven Mnuchin n'a pas été convaincu par les conclusions, pourtant sans appel, de la première enquête, qui avait jugé il y a trois semaines que les accusations portées contre Akinwumi Adesina étaient « non fondées », « non corroborées » et « non étayées ».

Une réélection qui s'approche

Depuis janvier, des employés de la BAD, souhaitant rester anonymes, accusent leur président de favoritisme : dans la nomination de compatriotes nigérians à des postes importants, ou dans l'attribution de certains marchés.

Le président de la Banque africaine de développement s'est défendu en fournissant aux enquêteurs des centaines de pages de réponses.

Il a même dénoncé, sur RFI, des accusations « politiques », alors qu'il pourrait être réélu en août prochain pour un second mandat.

Argument justement saisi par l'administration américaine, qui explique que c'est en raison « de la gravité et du détail des allégations à l'encontre du seul candidat à la direction de la banque pour les cinq prochaines années [...] qu'une enquête plus approfondie est nécessaire ». Ni la BAD, ni son président n'ont encore réagi à cette demande américaine.

A La Une: Afrique

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.