Angola: L'Exécutif reste prudent dans la lutte contre le COVID-19

Luanda — Le ministre d'État et chef de la Maison civile, Adão de Almeida, a déclaré lundi à Luanda "qu'il n'y a pas de relâchement" avec l'adoption de l'état de calamité publique en Angola.

Le pays commence à observer, à partir de mardi, l'état de calamité publique, en remplacement de l'état d'urgence en vigueur depuis le 27 mars.

Le décret portant réglementation de la nouvelle phase a été signé lundi par le Président de la République, João Lourenço.

Selon Adão de Almeida, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse, à ce stade, l'Exécutif adoptera une nouvelle approche et, dans certaines situations, il y aura "plus de rigueur".

"Les mesures ne représentent pas un relâchement. Toutes les mesures seront prises en tenant toujours compte de la situation épidémiologique du pays", a indiqué le ministre.

Selon le ministre d'État, la reprise de la vie sociale et économique dans le pays sera progressive et non immédiate, malgré l'entrée en vigueur du nouveau décret présidentiel.

"Nous n'aurons pas tous les services rouverts dès demain. Chacun doit s'adapter pour créer les conditions nécessaires", a précisé Adão de Almeida.

Premièrement, a-t-il expliqué, des conditions minimales seront créées afin que dans chacune des périodes prévues par le décret présidentiel, les mesures de réouverture des services soient assurées.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.