Congo-Brazzaville: Déconfinement et riposte - L'OMS intensifie son appui aux actions du gouvernement dans le pays profond

Une semaine vient de s'écouler depuis l'entrée en vigueur du déconfinement progressif et par paliers, prenant effet le 18 mai 2020 en République du Congo.

Ceci correspond globalement à la levée des mesures restrictives faisant obligation aux populations de rester en confinement à la maison, et s'applique de façon différentielle dans un pays divisé en deux zones « géo-épidémiologiques: la «zone 1», dite de circulation active du virus, qui regroupe les villes de Brazzaville et de Pointe-Noire, et la «zone 2 », dite de circulation non active du virus regroupant les dix (10) autres départements du pays.

Le déconfinement dans la zone 1 correspond à l'allègement des mesures restrictives, tandis que dans la zone 2, toutes les mesures restrictives ont été levées, à l'exception du couvre-feu en vigueur jusqu'au 31 mai 2020, de l'obligation du respect des mesures barrières, des mesures de distanciation physique, ainsi que le port obligatoire du masque dans les espaces publics ouverts ou fermés.

Dans ce changement contextuel, le bureau de l'OMS au Congo qui, depuis l'annonce de l'épidémie en janvier dernier, accompagne les efforts nationaux tant dans la préparation que dans la riposte, maintient le cap de façon flexible et réactive.

En effet, poursuivant son appui technique et financier en fonctionnant sur la base du système de gestion de l'incident (IMS), l'OMS ne perd pas de vue l'axe fondamental et prioritaire de sa stratégie et de son plan opérationnel 2020-2021: la revitalisation des districts sanitaires pour aider à relever les indicateurs de santé et impulser ainsi le système national de santé vers l'atteinte de la couverture sanitaire universelle, afin que personne ne soit laissée de côté au Congo.

En effet, pour le Dr Lucien Manga, la revitalisation des districts sanitaires est une intervention hautement stratégique pour contrer la Covid19

Aussi, Il estime que cette période de déconfinement exige de l'institution dont il a la charge dans le pays, de renforcer les acquis déjà existant et ayant résulté du travail amorcé avant cette crise sanitaire.

Dans cette optique, toutes les dispositions ont été prises pour que les équipes déployées sur le terrain, dans les départements et les Districts sanitaires, puissent contribuer efficacement au renforcement du leadership et de la coordination, à tous les niveaux (national et infranational), dans la gestion de la pandémie et dans la prise en charge de toutes les autres pathologies.

Les résultats de ce travail sont graduellement perceptibles. A titre d'illustration, la gestion de l'information devient de mieux en mieux maitrisée, avec la publication plus régulière du rapport de situation (Sitrep) et des données de meilleure qualité.

Les experts dans le domaine évoqueraient une amélioration remarquable d'un point de vue de la promptitude et de la complétude dans la gestion des données.

Toujours dans cette optique, on peut également citer la mise en place des structures de prise en charge des cas de COVID-19 et la formation des cadres départementaux et des districts sanitaires, notamment les équipes d'intervention rapide et de surveillance.

Les autorités politico-administratives et locales apprécient à juste titre la contribution des points focaux de l'OMS dans les différents départements où ils sont déployés, conjointement avec des collègues du Ministère en charge de la santé et d'autres partenaires.

En parlant des partenaires, l'OMS au Congo assume le Lead de la coordination technique en matière de santé au sein des agences du système des Nations Unies dans le pays.

En même temps, en tant que chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur de la santé, elle coordonne les efforts déployés par ces derniers dans le combat contre la maladie à coronavirus en particulier, et dans celui inhérent au développement sanitaire national en général.

Le déconfinement, une des étapes déterminantes dans le cadre de la situation épidémiologique critique due à la présence du coronavirus, s'inscrit dans la dynamique de la mise en œuvre du plan national de préparation et de riposte contre la pandémie de la COVID-19. Il repose sur les conditions permissives, non-exhaustives, suivantes:

i) La sensibilisation accrue et effective au respect strict par tous de l'ensemble des mesures dites barrières et de distanciation physique;

ii) La mise à la disposition des populations des masques de qualité et en quantité suffisante; iii) Le renforcement de la capacité de la prise en charge clinique et,

iv) Le renforcement de la prise en charge biologique. Cette dynamique doit être intérioriser comme une exigence prioritaire pour tous les acteurs, y compris les décideurs. Ce renforcement concerne aussi bien les ressources humaines et structurelles, que financières.

C'est dans cet esprit que l'OMS joue sa partition, tant dans l'univers sanitaire national que dans celui des partenaires techniques et financiers, qu'elle n'a pas hésité à mobiliser dès les premières heures de la pandémie, afin de créer un cadre synergique dans la préparation et la riposte contre le coronavirus.

Le déconfinement au Congo, assurément, nécessite d'être consolidé et pérennisé, « pour sauver notre société de la noyade consécutive au règne de la pandémie du Covid-19 ». Ce processus « balbutiant » requiert, pour se consolider, un esprit d'engagement et de responsabilité de la part de tous.

A cette date, il ressort que vingt (20) districts sanitaires sur 52 répartis dans 6 départements sont touchés par la maladie COVID-19. Brazzaville et Pointe-Noire regroupent la majorité des cas (97,5%), avec respectivement 58.0% et 39,5% de l'ensemble des cas confirmés dans le pays. Ce contexte invite à redoubler d'ardeur et de discipline dans la gestion de la pandémie.

Pour l'OMS/Congo qui poursuit son appui à la coordination technique nationale et aux activités des sous-commissions techniques nationales, à la coordination technique et au renforcement des capacités au niveau des départements, va davantage consolider son action en vue d'une préparation efficace du Congo profond, creuset angulaire de sa vision stratégique et de ses interventions opérationnelles, conformément à l'esprit incarné dans le 13ème Programme Général de Travail de l'OMS (GPW13).

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.