Sénégal: Sedhiou - Boycott des khadrya kountiyu et des officiels

La prière des deux rakats de l'Eïd El-Fitr de cette année célébrée, dimanche 24 mai, s'est déroulée sur plusieurs vitesses à Sédhiou. Si la grande mosquée de Sédhiou a accueilli du monde, avec le respect des mesures barrières, ailleurs, l'affluence était bien moindre comparée aux années d'avant.

L'option de prier en masse était loin de convaincre beaucoup de fidèles qui ont préféré sacrifier au rituel à la maison.

Parmi eux, le représentant du Khalife général de Ndiassane en Casamance avec résidence à Sédhiou, Cheikh Mouhamed Babou, qui a appelé à prier à domicile. De leur côté, les autorités n'y ont pas effectué le déplacement

Beaucoup de fidèles musulmans ont effectué le déplacement, avant-hier dimanche, pour les besoins de la prière des deux rakats de l'Eïd El-Fitr à la grande mosquée de Sédhiou.

Et malgré l'affluence, le respect des mesures barrières est observé par tous, notamment le port obligatoire de masque de protection, le lavage des mains et la distanciation physique.

A 9 heures, l'imam ratib de la grande mosquée, El Hadji Boubacar Dramé, a sacrifié au rituel des deux rakats, suivi d'un prêche qui a traversé plusieurs secteurs d'activités socioprofessionnelles.

«Ce jour est un jour de pardon mais, après la prière, que chacun reste chez soi du fait de la prévalence du coronavirus, tous respectent les mesures barrières, portent des masques, se lavent les mains pour éviter toute contamination.

Le coronavirus nous a pourri la vie et voilà les chauffeurs qui en souffrent, entre autres vulnérables.

Que Dieu nous aide à faire disparaitre ce Covid-19. Il faut de la solidarité et l'hivernage est arrivé ; il faut qu'on s'engage à travailler la terre», a déclaré l'imam ratib de la grande mosquée, El Hadji Boubacar Dramé.

Partout dans la ville, comme ailleurs dans le reste des collectivités territoriales de la région de Sédhiou, les fidèles ont prié l'Eïd dans les mosquées toujours avec respect des consignes sanitaires, même si en de nombreux endroits l'affluence reste bien moindre que par le passé.

En revanche, la communauté Khadrya de Sédhiou a décidé de ne pas organiser, cette année, de prière collective.

Son représentant permanent en Casamance avec résidence à Sédhiou, Cheikh Bouh Mouhamed Babou, a appelé ses talibés à prier chez eux en raison, dit-il, de la prévalence du coronavirus. De même, les autorités administratives et territoriales n'ont pas effectué le déplacement vers les mosquées.

Des prières sont ardemment formulées pour que le maître de l'Univers et de l'au-delà (SWT) proscrive cette pathologie virale et répande sa Miséricorde sur l'humanité auréolée de bonheurs immense et une santé bien solide.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.