Cameroun: Mesures barrières - Le Nyong-et-So'o paré

Les différents services administratifs visités le 18 mai dernier à Mbalmayo sont outillés pour faire face à la propagation du Covid-19.

Lundi, 18 mai dernier. Il est 10h. Les usagers de la préfecture du Nyong-et-So'o à Mbalmayo doivent systématiquement se laver les mains avant d'accéder au bâtiment. Les bureaux sont équipés des gels hydro alcooliques. Ce jour-là était jour de réunion de sécurité dans la salle des conférences de la préfecture. La dizaine de participants à cette rencontre brave le dispositif d'entrée. Pour le préfet du Nyong-et-So'o, Pierre René Songa, l'effectif de participants à cette réunion hebdomadaire a été réduit, question de respecter les prescriptions des mesures barrières édictées par le Premier ministre. « Certains participants font parvenir leurs contributions de manière écrite, ils ne participent plus physiquement. Pour ceux qui sont là, la distanciation et le port du cache-nez est obligatoire », a expliqué le préfet.

C'est ce cliché qui est perceptible dans tous les services administratifs représentés dans le département du Nyong-et-So'o. Dans les commissariats, délégations départementales, le tribunal, la prison... visités le 18 mai dernier, les dispositions sont prises. Seaux d'eau équipés de robinet, savon, gels hydro-alcooliques et parfois thermo-flashs à l'entrée ; les administrations publiques s'attèlent à faire barrage à la propagation du Covid-19. Même si à la date de notre visite dans ledit département, aucun n'avait été confirmé. C'est ce tableau qui fait dire à Pierre René Songa que « d'une manière générale, les populations s'attèlent à respecter les mesures barrières ». Et d'ajouter : « Quelques poches de résistance existent. » C'est le cas du secteur des transports publics et du commerce dans la ville de Mbalmayo.

Selon le préfet, sur le terrain, dans les six arrondissements du département, aux côtés des autorités administratives, les magistrats municipaux sensibilisent. Mise en garde de Pierre René Songa : « On n'hésite pas sanctionner les comportements les plus rétrogrades ».

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.