Sénégal: Matam - La fête pousse les enfants dans la rue

La prière collective de la Korité, marquant la fin du jeûne du mois de Ramadan, s'est déroulée dimanche au niveau de l'angle Fadel, avec une prise en compte des mesures de prévention contre le nouveau coronavirus et en présence du Khalife Thierno Mouhamadou Samassa, dans la commune de Matam.

Dans une ambiance empreinte de courtoisie, les fidèles se sont allègrement conformés au respect scrupuleux des mesures barrières, sous la supervision des Forces de l'ordre, appuyés par le personnel de plusieurs «dahiras».

Le tout dans une parfaite organisation où l'utilisation de gels antiseptiques, le port obligatoire du masque, la natte individuelle, et la distanciation physique ont été rigoureusement exigés. Même si, par endroit, une certaine souplesse a permis à des familles regroupées de prier en bloc sur de grandes nattes qu'elles avaient apportées à l'occasion.

Les mêmes dispositions, apprend-on, ont aussi prévalu sur les autres sites de prière de la commune où les imams ont longuement entretenu les fidèles de l'importance du jeûne, de ces différentes vertus et des valeurs inestimables qu'il procure au croyant.

Rappelant à l'occasion, qu'il était important pour un musulman d'avoir foi en Dieu. Ce, en tout temps et à tout moment, surtout «en cette période de pandémie du coronavirus où les humains doivent se repentir et implorer le pardon du Créateur car beaucoup de malheurs qui nous arrivent sont le fruit de nos mauvais actes et nos mauvais comportements».

Dans leurs sermons, les imams ont aussi axé leur discours sur la zâkat al-fitr («moudoum koor» ou aumône de rupture du jeûne), cette sorte d'impôt du Ramadan obligatoire pourtout chef de famille et qui est destinée aux personnes ou familles défavorisées, afin qu'elles puissent fêter dignement l'Aïd.

Dans ce contexte de pandémie, les discours des religieux ont aussi porté sur l'importance des mesures de prévention dans la lutte contre la maladie à Covid-19, en demandant aux populations d'éviter les déplacements en cette période de pandémie.

A cet effet, on remarquera de part et d'autre, que le suivi de cette dernière recommandation, n'a pas été bien respecté.

D'une maison à une autre, des personnes se sont déplacées, pour rendre visite aux voisins ou aux parents et amis afin de leur présenter leurs vœux en se félicitant mutuellement ou en se demandant pardon.

La Korité étant de loin une fête qui plaît beaucoup aux tout-petits, s'est manifestement illustrée par la circulation de bon nombre d'entre eux. Dès 16 heures, plusieurs enfants sont frénétiquement sortis dans la rue.

Avec un masque calé sur leur petit visage, les enfants habillés de leurs vêtements neufs, accompagnés d'une bande d'amis, ou de proches, se sont adonnés au rituel porte-à-porte pour demander du «ndewnel» (des étrennes

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.