Madagascar: Epidémie de paludisme et dengue - La Conférence des évêques de Madagascar interpelle

Le paludisme aurait causé plus de quatre cent décès depuis le mois de janvier 2020.

« Il est temps d'attribuer une attention particulière à l'amélioration du système de santé publique en général », pense la Conférence des Evêques de Madagascar.

Si par les actions de communications menées par le gouvernement, l'attention des Malagasy est attirée vers la situation actuelle de l'épidémie liée au Coronavirus, on ne pourrait pas en dire autant concernant les épidémies de paludisme et de dengue qui sévissent dans des régions du pays. Dans sa déclaration en date du 22 mai dernier, la conférence des Evêques de Madagascar interpelle sur la nécessité d'attribuer "une attention particulière à ces dernières - qui font beaucoup de victimes et des pertes humaines". Une interpellation qui rejoindrait les avis des citoyens malagasy selon lesquels « l'Etat semble ne pas attribuer beaucoup d'importance aux deux épidémies ».

D'autres observateurs vont encore plus loin en disant ouvertement que « le paludisme et la Dengue sont les grands oubliés des adresses du Président de la République à la nation » et que « les informations données sur les situations réelles sont au compte-goutte ». Une différence de traitement qui pourrait également s'observer « dans les actions de riposte et les actions de communication faites autour des trois épidémies". Après comparaison, la différence serait "considérable et palpable». D'un côté, il y a la mobilisation générale liée au Covid-19, de l'autre, il y a un silence - assez - assourdissant sur le paludisme et la dengue. Par ailleurs, la déclaration de la conférence des évêques de Madagascar a tenu particulièrement à remercier les acteurs de la santé publique tels que « les médecins et le personnel soignant pour les efforts qu'ils ont menés depuis le début de la crise sanitaire ».

Expectative. Les dernières informations recueillies concernant l'épidémie de Dengue dans la partie Ouest de Madagascar font savoir « une tendance à la baisse des cas positifs ». Informations reçues auprès du ministère de la Santé publique malagasy, il y a de cela quelques jours. Une source locale a quant à elle fait savoir que « la maladie continue de frapper dans la Ville des Fleurs. Nous sommes toujours confrontés à cette peur d'être contaminés par le virus de la Dengue parce que nous observons chaque jour des gens transportés d'urgence à l'hôpital », note notre source. De son côté, le premier responsable de la santé publique de la région Boeny a préféré raccrocher notre appel téléphonique - après que nous avons fini de nous présenter - lorsqu'on a voulu avoir de plus amples informations sur la situation qui y prévaut actuellement. Bien que le pays ne déplore pas de pertes humaines - du moins de façon officielle - l'épidémie de dengue continue de faire des victimes.

Pour le cas de l'épidémie de paludisme, on est dans l'expectative quant à la situation réelle qui prévaut dans les districts « rouges ». Les dernières informations officielles véhiculées dans la presse locale se rapportent aux actions de riposte devant être mises en œuvre par l'Etat, via le ministère de la Santé publique, et qui correspondent à des actions de lutte anti-vectorielles, ainsi qu'à des distributions massives de médicaments dans les districts concernés par l'épidémie. Pour la conférence des évêques de Madagascar, la situation actuelle serait le moment opportun pour repenser à « l'amélioration du système de santé publique en général ». En somme, trois épidémies demeurent actuellement dans la Grande Île : le paludisme, la dengue et le corona. Mais le plus important semble être le Corona.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.