Seychelles: Les garde-côtes des Seychelles obtiennent de nouveaux pouvoirs pour lutter contre les activités illégales

La Garde côtière des Seychelles a de nouveaux pouvoirs pour lutter contre les activités illégales dans les eaux du pays insulaire après l'entrée en vigueur d'une nouvelle loi.

Le président Danny Faure a consenti à la loi sur la défense (amendement) mardi dernier après son approbation par l'Assemblée nationale.

La nouvelle loi fournit un cadre législatif pour régir les activités des garde-côtes des Seychelles. Auparavant, la Garde côtière s'acquittait de ses fonctions en vertu d'autres lois, notamment la Loi sur les pêches des Seychelles, la Loi sur les zones des Maritimes et le Code pénal.

Lors de la présentation du projet de loi à l'Assemblée nationale, le vice-président Vincent Meriton a déclaré qu'il donnerait à la Garde côtière plus de pouvoirs, de devoirs, d'autorités et d'immunités comme dans d'autres pays.

« Il confère également aux garde-côtes les mêmes pouvoirs d'arrestation dans les zones maritimes que la police, et les gardes-côtes pourront procéder à des arrestations et recueillir des preuves sur terre, en particulier les îles extérieures, en rapport avec une infraction commise dans le zones maritimes ", a expliqué M. Meriton.

Les Seychelles, un archipel de 115 îles, ont une superficie totale de 455 kilomètres carrés répartis sur une zone économique exclusive de 1,4 million de kilomètres carrés qui est légèrement plus grande que l'Afrique du Sud et environ six fois la taille du Royaume-Uni.

Cela représente un défi lorsqu'il s'agit de surveiller les activités illégales dans les eaux des Seychelles. Cette année, trois bateaux de pêche enregistrés au Sri Lanka ont été interceptés par les garde-côtes des Seychelles, soupçonnés de pêche illégale.

Photo : Le navire avec six pêcheurs à bord a été repéré par l'avion Dornier de la Seychelles Air Force à l'est de l'île Denis en avril.

La nouvelle loi autorise la Garde côtière à arrêter, pénétrer, embarquer, inspecter ou fouiller toute structure, lieu, navire ou aéronef engagé ou soupçonné de se livrer à une activité illégale et à saisir ou détenir tout navire ou aéronef engagé ou soupçonné d'être engagé dans une activité illégale.

Il leur donne également le droit de se livrer à la poursuite d'un navire et de disposer de tout poisson, article, appareil, marchandise, navire, aéronef ou tout autre élément lié à la commission d'une infraction.

La plupart des membres qui sont intervenus au cours du débat ont soutenu la nouvelle disposition, qui appelle à une approche plus draconienne pour faire face aux navires pris en train de commettre des activités criminelles dans la ZEE des Seychelles.

"Tout navire qui est capturé ou soupçonné d'avoir commis une infraction est géré sur place et nous devons autoriser les agences qui patrouillent nos eaux à prendre de telles mesures également", a déclaré un membre du parti United Seychelles, Sébastien Pillay.

Le chef de l'opposition, Wavel Ramkalawan, a déclaré que des éléments prouvaient que les habitants des îles voisines exerçaient des activités illégales dans les eaux autour de certaines îles éloignée de l'île principale de Mahé.

Il a déclaré que "nous devons leur envoyer un message fort, qu'ils ne peuvent plus faire cela. Nous les arrêterons, ils perdront tout et ils devront rentrer chez eux en avion".

Vingt-trois membres ont voté en faveur de la nouvelle loi, personne n'a voté contre et cinq se sont abstenus.

Un membre du Linyon Demokratik Seselwa (LDS), Clifford Andre, est un ancien officier de la garde côtière qui s'est abstenu. Il a déclaré à la SNA que même s'il soutenait la majeure partie du projet de loi, il n'était pas favorable à la disposition qui donne à la garde côtière le pouvoir de disposer du navire et des objets trouvés à bord.

"Pourquoi devrions-nous confier aux officiers une responsabilité supplémentaire de disposer du navire et de les obliger à prendre une tel décision alors que le tribunal a déjà le pouvoir de le faire? L'officier n'est pas un juge pour effectuer un tel appel", a déclaré M. André. .

Il a déclaré que cela pourrait conduire à un abus de pouvoir.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.