Maroc: Le CVE se penche sur les mesures proposées par la CGEM pour la relance de l'économie

Remettre en marche l'appareil productif national sur des bases plus saines et stimuler la demande locale

Les membres du Comité de veille économique (CVE), réuni jeudi en mode visioconférence, se sont penchés sur les principales mesures émanant des plans de relance sectoriels élaborés par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) en étroite concertation avec les fédérations sectorielles.

Ces mesures ont pour objectif de remettre en marche l'appareil productif national sur des bases plus saines, stimuler la demande locale en encourageant l'investissement et le "consommer marocain", et accélérer la normalisation de l'environnement économique et social du Maroc, précise-t-on dans un communiqué du ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration.

Les propositions émanant des opérateurs économiques et des départements ministériels seront approfondies, en perspective de l'élaboration en cours du projet de loi de Finances rectificative, indique la même source. Et de souligner que le plan de relance assorti à cette loi de Finances rectificative sera global et intégré et devra permettre à la fois d'accompagner le redémarrage progressif de l'activité des différents secteurs de l'économie nationale, en cohérence avec le schéma de déconfinement prévu et de créer les conditions propices pour une relance économique vigoureuse à la sortie de cette crise, rapporte la MAP.

La portée stratégique de ce plan de relance devra permettre au Royaume d'opérer un saut qualitatif important dans certains domaines structurants, notamment la santé, l'éducation, l'énergie verte, ou encore le digital, tout en renforçant ses attributs de souveraineté et sa résilience aux chocs exogènes, précise le communiqué, notant que ce plan devrait jeter les bases d'un "pacte pour la relance économique et l'emploi", qui sera l'expression d'une ambition commune et partagée par l'ensemble des parties prenantes (Etat, entreprises, secteur bancaire et partenaires sociaux...), déclinée en engagements clairs et assumés par tous.

S'agissant de la reprise des activités économiques après l'Aïd, les membres du CVE ont rappelé que l'état d'urgence sanitaire ne signifie nullement l'arrêt de l'activité économique et que tous les acteurs économiques doivent veiller au strict respect des gestes barrières et des conditions de sécurité déclinées dans les guides de la CGEM et des fédérations sectorielles.

Et d'enrichir que toutes les activités économiques pourraient redémarrer à l'exception de celles explicitement interdites par les autorités administratives. Les départements ministériels chargés des différents secteurs veilleront en coordination avec les fédérations concernées à formaliser les règles à observer par les opérateurs et assurer une large communication à cet effet.

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.