Congo-Brazzaville: Transport en commun - Des contrôleurs de bus augmentent le tarif

La réduction de nombre de clients dans les transports pour lutter contre le coronavirus crée des comportements mercantiles chez les contrôleurs de bus de la ville océane.

Une dispute s'est déclenchée entre un client et un controleur, le lundi 25 mai, à l'arrêt de bus de l'hôtel Elaïs au centre-ville de la ville océane. Le contrôleur a imposé 500 F CFA comme ticket de la course à ce passager. Certains clients qui étaient pressés ont accepté et d'autres ont crié au scandale.

D'aucuns parleraient d'une complicité tacite entre les propriétaires desdits bus et les contrôleurs, car ils voudraient gagner de l'argent qu'ils perdent à cause de la réduction du nombre de passagers. Plaintes et grincements des dents de la population qui appelle les autorités de la ville d'être regardantes. Ce comportement risque de se généraliser durant cette période du déconfinement progressif où des mesures barrières contre le coronavirus appellent à la limitation raisonnable du nombre de passagers dans les transports en commun.

Par exemple de l'arrêt du carrefour de Makayabou à Loandjili jusqu'au centre-ville en passant par le grand marché, certains contrôleurs depuis la semaine dernière demanderaient aux clients 300 FCFA au lieu de 150 F . « Où sont les syndicats de transporteurs en commun, les autorités de la ville pour mettre fin à cet incivisme qui veut voir le jour ? » s'est interrogée une cliente qui a été sommée de payer 600 F CFA parce qu'elle étaient montés dans le bus avec son enfant.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.