Cameroun: La santé d'Amadou Vamoulké en danger en prison selon son avocate

Le procès du journaliste Amadou Vamoulké a repris au Cameroun hier mardi et les audiences doivent se poursuivre jusqu'à jeudi. Son avocate demande à ce qu'il soit placé en détention provisoire pour protéger sa santé.

C'est la 30e fois que l'ex-directeur général de la radiotélévision publique camerounaise (CRTV) doit être présenté devant le Tribunal criminel spécial (TCS) de Yaoundé (selon RSF). Amadou Vamoulké, accusé de détournement de fonds, est depuis près de quatre ans en détention préventive.

Âgé de 70 ans

Selon maître Alice Nkom, son procès interminable est bien le signe que le dossier est vide sur le fond. Elle dénonce un procès politique et plaide la relaxe.

Et si le procès doit encore se prolonger, elle demande que le journaliste, malade et âgé de 70 ans, soit placé en liberté provisoire. Elle craint en effet qu'il ne soit victime du coronavirus.

« Cette fois-ci, on est rentrés dans le vif du sujet, c'est-à-dire qu'on a commencé à entendre les témoins de l'accusation, explique Me Alice Nkom au micro de Jeanne Richard. Nous demandons qu'il soit mis en liberté provisoire, parce qu'aujourd'hui on a un argument de poids.

C'est-à-dire qu'il y a ce monsieur coronavirus qui sévit là-bas en prison. Il y a déjà des morts. Et les mesures barrières sont impossibles dans des prisons qui sont déjà surpeuplées.

Tout le monde le sait. Ils sont dix dans sa cellule. Dix ! Dans des cellules de 20 m² ! Comment pouvez-vous pratiquer la distanciation ? »

Son avocate rappelle les circonstances qui ont mené à son incarcération alors qu'Amadou Vamoulké est toujours emprisonné : « Donc le procureur a du mal à trouver des témoins, il a du mal à faire comparaître X-Y.

Et puis on renvoie, mais pendant ce temps, lui, il est toujours immobilisé en prison ! Mais hors d'état de nuire. Pourquoi on a arrêté Amadou Vamoulké ?

On a arrêté Amadou Vamoulké, parce qu'il occupait un poste stratégique pendant une élection présidentielle, où, en face, on ne voulait prendre aucun risque et maîtriser l'information ».

De son côté, Reporters sans frontières vient de saisir le rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à la santé pour demander une intervention humanitaire et obtenir la remise en liberté d'Amadou Vamoulké.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.