Cameroun: Destruction du mobilier routier - Fin de la récréation

La Communauté urbaine de Douala engagée à réduire ce fléau à sa plus simple expression.

Le mobilier routier est fort éprouvé à Douala. Saccages accidentels, actes de vandalisme, incivisme. Des actes et d'autres qui rongent peu à peu ces matériels et accessoires dont l'utilité publique n'est plus à démontrer. Selon les textes en vigueur, la garantie des ouvrages routiers est de deux ans. Dès la fin de cette période, ces ouvrages sont transférés à la Communauté urbaine. En d'autres termes, c'est cette dernière qui doit en assurer l'entretien.

Sur le terrain, cette situation malheureuse perdure depuis des années, sans que des actions de réparation d'envergure soient visibles. Cela dit, la nouvelle équipe dirigeante de la Cud a pris le problème à bras le corps et s'est engagée depuis peu à redorer le blason des routes de la capitale économique.

Sur le sujet, un comité casseur-payeur a été mis sur pied il y a peu. L'instance aura pour mission de faire payer toute facture liée à la destruction d'un mobilier routier par son auteur. Désormais, les automobilistes et citoyens indélicats devront, littéralement, payer les pots cassés suite à leurs actes d'incivisme sur les ouvrages et matériels routiers. A en croire Suzanne Ebwelle, chargée du suivi et de l'implémentation du principe casseur-payeur à la Cud, le maire de la ville a déjà pris les actes de création dudit comité. L'acte de validation du comité est à signature à la préfecture.

« Pour ce qui est du processus qui implique le procureur, des rencontres restent à planifier. Nous sommes en train de voir avec le secrétaire général comment organiser la première réunion. Les services techniques ont déjà fait une ébauche de la mercuriale », indique Suzanne Ebwelle. La pandémie du Covd-19 a néanmoins ralenti de ce processus qui avance malgré tout. Un sale temps s'annonce donc pour les vandales et autres chauffards.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.