Ile Maurice: Contrôle policier au domicile des employés d'Air Mauritius

C'est la consternation chez des employés d'Air Mauritius (MK). Personne ne s'attendait à ce contrôle qui a démarré en ce début de semaine.

Ils sont plusieurs, dont des employés d'Airmate, à avoir rapporté avoir reçu la visite des agents de police à leur domicile pour leur demander confirmation de leurs données personnelles telles que leur nom, leur fonction, le nom et âge de leurs enfants, s'ils sont syndiqués et s'ils comptent se rassembler pour manifester.

Sitôt après avoir pris connaissance des plaintes de ces employés, l'Air Mauritius Staff Association (AMSA) a écrit à la direction de la compagnie aérienne nationale pour lui demander ce qu'il en est. À ses membres, l'AMSA leur demande de l'alerter si jamais un policier les approche mais surtout de ne fournir aucune information demandée.

À la place, l'AMSA leur demande de prendre le nom du policier, son numéro d'immatriculation, son mandat (warrant card), le poste de police où il est affecté entre autre informations nécessaires.

Dans la soirée d'hier, mardi 26 mai, un responsable de la force policière d'une division comprenant une région où ces contrôles policiers ont été rapportés, a nié ces déroulements alors qu'un agent de terrain a lui confirmé cette opération policière.

Air Mauritius est sous administration volontaire depuis le 22 avril.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.