Congo-Kinshasa: Le FCC a rendu un grand service à l'Udps

La défenestration de Jean-Marc Kabund a fait beaucoup d'heureux dans les rangs du FCC. L'homme était terriblement détesté par les fidèles du Sénateur à vie pour avoir demandé à tous ceux qui travaillent contre les intérêts du peuple d'apprendre à nager. Une référence aux circonstances ayant prévalu lors de la fin du régime Mobutu qui avait vu ses cadres et autres militants zélés prendre d'assaut les bateaux et pirogues pour trouver un terrain d'exil de l'autre cote du fleuve Congo.

Jean-Marc Kabund, c'est aussi l'homme qui a bloqué la tentative de coup d'Etat camouflé sous la forme d'un Congrès réunissant les deux chambres du Parlement et qui devait permettre la mise en accusation du Chef de l'Etat pour haute trahison. C'est cette dernière action qui lui a valu davantage de rancœurs voire de haine qui ont toutes débouché sur le coup de force du 25 mai au Palais du Peuple.

Mais en s'attaquant à Kabund et en voulant surtout affaiblir l'Udps, le FCC a manifestement raté son coup. Car les «balles» tirées en direction du Président a.i. de l'Udps ont eu pour effet de réveiller les combattants de ce parti. Il suffit de se mettre à l'écoute des différentes fédérations pour se rendre compte que celles-ci ne se trompent plus de cible et ont décidé de faire bloc pour à la fois sauvegarder les idéaux qui les réunissent et protéger le President de la République sorti de leurs rangs.

Si hier des oreilles discrètes étaient prêtes à écouter les sirènes de quelques contestataires internes, tel n'est plus le cas aujourd'hui. Les combattants dans leur ensemble ont compris que leur Président ai ne s'était jamais égaré et qu'il n'avait jamais trahi le parti. Comme à l'époque du complot de Genève, il a préféré la sauvegarde des intérêts du parti au lieu des intérêts personnels. Et chacun comprend mieux maintenant pourquoi le Président Tshisekedi lui avait confié les rênes du parti avant de se consacrer à la mission lui confiée par toute la Nation. Face à cette réalité, les combattants ont décidé de rejeter toutes les intoxications et de parler d'une seule voix, parce qu'il faut absolument aller de l'avant et, surtout, bloquer le retour des prédateurs au pouvoir.

A quelque chose, malheur est bon, dit-on sur la 10me Rue Limete.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.