Guinée: Le pouvoir accusé d'avoir truqué la nouvelle Constitution

Pour plusieurs juristes, la Constitution votée par référendum n'est pas la même que celle publiée dans le Journal officiel. Les juristes disent avoir constaté le retrait de la loi sur la candidature indépendante.

Des juristes guinéens dénoncent notamment le retrait de la loi sur la candidature indépendante. Une loi qui permettait de se présenter à l'élection présidentielle sans appartenir à un parti politique.

Un avocat au barreau de Guinée indique que le texte fondamental a été modifié. Selon maitre Pépé Lamah, le texte qui a été soumis au référendum, est différent de celui publié au journal officiel le 14 avril 2020.

La Constitution promulguée privée d'un article clé

L'une des plus importantes modifications concerne la loi sur la candidature indépendante. Une loi qui offre la possibilité à tous citoyen remplissant les conditions d'éligibilité de se présenter aux élections sans appartenir à un parti politique.

"Le projet qui a été publié au journal officiel en 2020 comportait 157 articles et le document publié récemment comporte 156 articles. Des dispositions ont été complément modifiées, certaines d'ailleurs supprimées. Le projet de la candidature indépendante était prévu à l'article 42. À notre grand étonnement, la candidature indépendante a complément disparu du document qui a été publié au Journal officiel", a dénoncé maitre Pépé Lamah.

Certains acteurs de la société civile ont soutenu la nouvelle Constitution en raison justement de la loi sur la candidature indépendante.

Déception des acteurs de la société civile

Ahmed Sékou Traoré se sent trahi. Il explique que désormais, les plateformes de la société civile s'organisent pour comprendre les raisons de cette falsification de la nouvelle Constitution.

"Nous avons comparé les documents parce qu'il y a eu l'avant-projet et le projet et nous avons constaté qu'il y a eu un changement au niveau de l'article 42. Là où on parlait d'une possibilité d'une candidature indépendante. Nous constatons que tout se résume maintenant aux partis politiques. Cela nous choque parce que nous n'avons pas fait la campagne pour nous même mais nous l'avons fait pour les citoyens. Nous avons le devoir de défendre leur cause qui est la cause commune".

Des organisations de la société civile ont commencé à se mobiliser tandis que le pouvoir refuse pour l'instant de réagir à ces accusations. Nos tentatives pour recueillir la réaction des autorités du ministère de la Justice sont restées vaines.

Pour leur part, les principaux partis politiques réunis au sein du Front national pour la défense de la Constitution continuent de ne pas reconnaitre les résultats du référendum du 22 mars 2020.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.