Malawi: Les agriculteurs du pays luttent contre les chenilles légionnaire d'automne

Andrea Maliza, 35 ans, n'en croyait pas ses yeux lorsqu'il regardait son champ de maïs d'un demi-hectare. Quelques semaines plus tôt, le père de deux enfants avait des raisons de croire que les jeunes plants sains donneraient une récolte décente.

La plupart des Malawiens, soit 80 % de la population, sont des agriculteurs de subsistance, qui dépendent de l'agriculture pour leur survie. Après la récolte, de nombreux agriculteurs vendent une partie de leur production pour acheter des produits de première nécessité pour leur famille.

"J'étais abattu de voir toutes les feuilles avec des taches et je savais que quelque chose n'allait pas du tout", a déclaré M. Maliza, qui vit dans le village de Ligojo, dans le district sud de Mulanje. "A l'intérieur des feuilles, il y avait des vers similaires à ceux que nous avons vus les années précédentes."

"À cause des légionnaires, je ne gagnerai pas ce dont j'ai besoin pour nourrir ma famille, et je n'aurai pas non plus d'argent pour payer les frais de scolarité et la papeterie de mes enfants", a ajouté M. Maliza.

Ce n'est pas la première fois que M. Maliza et des centaines de milliers d'agriculteurs du Malawi sont confrontés à une invasion de légionnaires. Cependant, selon les agriculteurs et les experts agricoles, cette saison de croissance a été l'une des pires.

"Personne n'était sûr de la façon de traiter les vers. Certaines personnes les écrasaient physiquement et appliquaient des fluides provenant de cultures amères. Personnellement, je n'ai rien fait du tout et je les ai laissés en pensant qu'ils s'en iraient quand il pleuvrait encore". Il ajoute qu'il n'a pas encore reçu de conseils des autorités agricoles.

Une menace persistante

En 2017, le Malawi a déclaré 20 de ses 28 districts comme zones sinistrées en raison de l'agressivité du ravageur qui se nourrit de cultures céréalières comme le maïs, un aliment de base dans de nombreux pays. En janvier de la même année, des légionnaires ont été signalés dans plusieurs pays de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), dont la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe. En avril, la plupart des pays de la CDAA étaient touchés.

Les pays africains ne sont pas les seuls à lutter contre ce parasite. L'année dernière, des légionnaires ont fait leur apparition dans dix pays asiatiques, dont le Bangladesh, la Chine, l'Inde et la Thaïlande. Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), les légionnaires sont originaires des Amériques.

Selon l'expert agricole du Malawi, Tamani Nkhono-Mvula, le problème a été particulièrement grave cette année, touchant environ 150 000 hectares de maïs. Un peu plus de 1 675 000 hectares de terres sont utilisés pour la production de maïs dans le pays.

"En termes de pertes de récolte, je suis sûr que beaucoup de choses seront connues au fur et à mesure que nous ferons les estimations des deuxième et troisième cycles de récolte. Cependant, dans d'autres ménages, la perte a atteint 100 % de la récolte, où la seule solution est de replanter", a déclaré M. Nkhono-Mvula lors d'une interview à Afrique Renouveau.

Selon M. Nkhono-Mvula, il faut faire davantage pour comprendre comment lutter au mieux contre les légionnaires, compte tenu de leur origine étrangère.

"Nous devons investir beaucoup dans la recherche. Nous devons probablement mettre au point des variétés de cultures résistantes et d'autres moyens biologiques de lutte contre ce parasite, car l'utilisation massive de produits chimiques peut avoir des effets négatifs sur l'environnement", a-t-il ajouté.

Une approche multidimensionnelle

La FAO a travaillé en étroite collaboration avec le gouvernement du Malawi pour renforcer la surveillance régulière et en temps réel de la légionnaire, en déployant récemment une application mobile appelée Fall Armyworm Monitoring and Early Warning System.

En collaboration avec l'Union européenne, la FAO travaille également dans les districts sur les méthodes de gestion durable de la légionnaire et organise des sessions de formation à l'échelle nationale pour les formateurs qui, à leur tour, forment les agents de vulgarisation en première ligne.

"Un certain nombre de pratiques agricoles, telles que le broyage physique des masses d'oeufs de légionnaires et l'utilisation de pesticides botaniques comme les feuilles de Neem et l'arbuste tubéreux connu localement sous le nom de Mphanjovu (Neorautanenia mitis), se sont avérées systématiquement plus efficaces pour réduire les niveaux d'infestation et les dégâts causés par certains pesticides synthétiques", a déclaré George Phiri, de la FAO au Malawi.

M. Phiri a salué cette évolution positive, "offrant des solutions abordables auxquelles les agriculteurs peuvent accéder facilement, encourageant la culture de plantes utiles aux communautés et l'utilisation réduite des pesticides synthétiques, dont certains sont très dangereux et présentent des risques majeurs pour la santé humaine et l'environnement".

"Le Malawi a récemment accueilli une délégation du Botswana, grâce au soutien du gouvernement japonais, afin d'apprendre auprès des agriculteurs malawiens cette histoire à succès", a-t-il déclaré.

Le gouvernement du Malawi affirme que les travailleurs agricoles ont été informés de l'importance d'une approche intégrée de la lutte contre les parasites, et qu'il distribue certains pesticides aux autorités agricoles et aux districts dans les zones touchées par la légionnaire.

"En tant que gouvernement, nous promouvons à la fois les technologies indigènes et modernes pour éliminer les légionnaires. Nous invitons les agriculteurs à prendre contact avec les agents de vulgarisation ou les agents agricoles pour obtenir des conseils sur la promotion des méthodes indigènes de contrôle et de gestion des légionnaires. Ceci afin d'éviter de tuer la culture en cours de route ou de la rendre dangereuse pour l'environnement ou l'homme", a déclaré Priscilla Mateyu, porte-parole du ministère de l'agriculture, de l'irrigation et du développement de l'eau.

"Des camionnettes mobiles ont été déployées dans les zones touchées afin de sensibiliser les populations à la lutte contre les épidémies. Des efforts ont également été faits pour que la camionnette mobile sensibilise les agriculteurs dans les zones où il n'y a pas de foyers, afin de les alerter", a déclaré Mme Mateyu.

À quelques semaines de la récolte, M. Maliza n'est toujours pas sûr de la quantité de récoltes qu'il pourra récupérer. Avant l'invasion, il récoltait 10 à 20 sacs de maïs par an.

"Vu la taille et la qualité des épis, je doute d'en obtenir ne serait-ce que la moitié", a-t-il déclaré

Plus de: Africa Renewal

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.