Congo-Kinshasa: Décès du juge présidant le procés Kamerhe et compagnie

Archive - Vital Kamerhe (au centre) entouré des membres de l'opposition

Faut-il y voir un lien de cause à effet ?

Il s'appelait Raphaël Yanyi Ovungu. Il était le président du Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe, présidant la commission siégeant dans l'affaire du Directeur de cabinet de la présidence congolaise, Vital Kamerhe. Il a rendu l'âme dans la nuit du 26 au 27 mai 2020. « Il a eu des malaises et on l'a conduit au Centre hospitalier Nganda. Il a succombé des suites d'une crise cardiaque », a déclaré le chargé des opérations de la Police nationale congolaise, Miguel Bagaya.

Agé d'une cinquantaine d'années, le défunt magistrat venait de présider la deuxième audience du procès Kamerhe, qu'il avait finalement renvoyé au 3 juin ; la défense ayant demandé au tribunal d'inviter plusieurs témoins à la barre. Certes, officiellement, Raphaël Yanyi Ovungu est décédé des suites d'une crise cardiaque. Mais quand on sait le rôle central qu'il jouait dans le procès historique d'une haute personnalité qu'est Vital Kamerhe, on peut émettre des doutes. Rien ne dit, en effet, que le magistrat n'a pas été victime d'un empoisonnement, tant il donnait l'impression d'en savoir trop sur ce scandale de gros sous qui implique des hiérarques de l'Etat congolais. Ce n'est pas impossible.

Quel impact le décès de ce magistrat peut-il avoir sur le procès emblématique en cours ?

Car, les hommes politiques sont ainsi faits qu'ils sont prêts à tout, surtout quand leurs intérêts sont menacés. En tout cas, en attendant qu'une enquête sérieuse vienne élucider les circonstances du décès du président du TGI de la Gombe, aucune piste n'est à écarter, y compris celle d'un assassinat par voie mystérieuse. Car, ne l'oublions pas, nous sommes en Afrique où l'on n'hésite pas souvent à jeter un mauvais sort à quelqu'un, surtout si celui-ci se montre intraitable dans certaines situations.

En tout cas, il est difficile de ne pas établir un lien de cause à effet entre le décès du juge et le procès du directeur de cabinet de Félix Tshisekedé, qui cristallise beaucoup d'attentions. Cela dit, la question que tout le monde se pose actuellement est la suivante : quel impact le décès de ce magistrat peut-il avoir sur le procès emblématique en cours dont les Congolais attendent avec beaucoup d'impatience, le dénouement ? Difficile d'y répondre. Pour le moins, on sait que le procès de Kamerhe est bien parti pour traîner en longueur. Toute chose qui ne l'arrange pas ; lui dont les demandes de remise en liberté provisoire ont maintes fois été rejetées. Il devra encore s'armer de courage et de patience en attendant que soit recomposé le tribunal.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.