Congo-Kinshasa: La dissolution de l'Assemblée Nationale serait-elle opportune ?

«Le Président de la République peut, après consultation du Premier ministre et des Présidents des assemblées, prononcer la dissolution de l'Assemblée nationale... », est-il écrit dans la Constitution de la RD Congo. Outre cette concertation préalable, il faut qu'il ait crise au sens constitutionnel du terme, c'est-à-dire, une rupture de confiance entre l'Exécutif et le Parlement. Pourtant, les deux pouvoirs fonctionnement harmonieusement.

Depuis que Jean-Marc Kabund a été déchu, éjecté de son fauteuil de 1er Vice-président de la Chambre basse du Parlement, des voix s'élèvent parmi les «combattants» et la plupart des cadres de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), le parti présidentiel, pour réclamer la dissolution de cette institution parlementaire. Une vive tension a prévalu au lendemain de la déchéance de ce président a.i. de l'UDPS en son siège à la 11ème Rue Limete.

Le sentiment est certes légitime, mais politiquement un tel acte peut être maladroit. Car, la dissolution c'est tout un processus qui requiert beaucoup de prudence et de tact sur le plan politique, juridique, etc. A l'UDPS, l'on doit cesser de verser des larmes de crocodile au pied du mur des lamentations. Il faudra plutôt penser au remplacement de la personnalité destituée.

Comme mentionné ci-haut, celui qu'on surnomme affectueusement Fatshi doit au préalable se concerter avec Alexis Thambwe Mwamba, Jeannine Mabunda Lioko et Sylvestre Ilunga Ilunkamba, respectivement Présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale et Premier ministre. Mais, au cas où le Président de la République ferait un passage en force, il tomberait sous le coup de la haute trahison, comme l'avait relevé Jeannine Mabunda il y a quelques mois. Et si un groupe de parlementaires attaquaient Félix Tshisekedi en justice ?

La dissolution du Parlement entrainerait aussi des conséquences à multiples facettes. Primo, convoquer les élections législatives anticipées dans les 90 jours comme l'indique la Constitution. Secundo, c'est la même Commission électorale nationale indépendante (CENI) pilotée par Corneille Nangaa et son équipe arrivés fin mandat qui devra les organiser.

Tertio, avec quel fichier électoral ? Celui de 2018 sur lequel étaient basés les scrutins combinés de cette même année, est vétuste. Il faudrait, dans ce cas, procéder à un nouvel enrôlement pour que le fichier soit mis à jour. Quarto, qui va financer ces élections ? Quel sera le mode scrutin ? Autant des questions sans réponses précises.

La pandémie de Coronavirus a presque saigné à blanc les caisses de l'Etat. Déjà au rouge, l'économie congolaise tourne au ralenti surtout pendant ce confinement de la commune de la Gombe, centre des affaires, siège des institutions et d'un grand nombre d'entreprises et de commerces. Et pour organiser de telles élections, il faut l'accessibilité aux différentes provinces. Ce qui n'est pas le cas actuellement suite à la suspension des vols domestiques et de l'isolement de la ville-province de Kinshasa du reste de la République.

Félix Tshisekedi avait écouté sa «base», celle de l'UDPS, après la rencontre de Genève entre les leaders de l'opposition incarnée par la coalition Lamuka. Mais cette fois-ci, après la déchéance de son protégé Jean-Marc Kabund, si le Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, écoute la voix de la rue, il risque de mettre le pays dans la rue. Ce serait donc un véritable saut dans le vide.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.