Madagascar: Histoire - Madagascar a connu des épidémies comme la variole depuis des siècles, mais le pays a réussi à les éliminer de ses terres

La peste s'étant introduite depuis l'Inde et le choléra depuis l'Arabie.

Madagascar, terre d'épidémie, voilà un postulat pour s'occuper en ces jours de confinement à travers des livres et des recherches sur le web. Plusieurs travaux attestent que les épidémies ont déjà sévi dans la Grande Île du temps des royaumes, voire des premières grandes dynasties. Ainsi l'indique Françoise Raison - Jourde dans « Bible et pouvoir à Madagascar au XIXe siècle ». « L'épidémie de variole est datée par les articles scientifiques, peu nombreux dont nous disposons, de 1875. Selon le Dr Parker, elle ravagea, en 1874, la côte Nord-Ouest de Madagascar, qu'elle avait parcourue la première fois en 1870 et où elle fit 500 morts, notamment à Maintirano. Ensuite elle pénétra dans l'intérieur en 1875 par Mahajanga, Marovoay et Betsiboka ».

Selon toujours l'auteure, la variole n'est pas localisée uniquement dans une seule partie de la Grande île, elle s'est propagée jusqu'à Fianarantsoa. Par ailleurs, la maladie s'est vite répandue, tellement les hommes circulaient dans le pays. Il faut ainsi penser que Madagascar était un vaste terrain d'échange économique à cette époque. Un pays pouvant être considéré comme sur la bonne voie, fort économiquement mais fragile sur le plan militaire. Dans la région Analamanga, cette période de déferlement de la variole correspondait à la fin d'une longue période de sérénité sanitaire. La variole aurait atteint 300 000 personnes et causé la mort de 10 000 autres.

Il faut souligner que la variole est considérée par plusieurs spécialistes comme le fléau provoqué pour décimer les Amérindiens. Une maladie terrible que les Malgaches, par on ne sait quelle méthode médicale, ont réussi à maîtriser après des milliers de décès. Dans son livre « Histoire de Madagascar », paru en 1965, Hubert Jules Deschamps signale: « La peste, venue de l'Inde, fit son apparition à Tamatave en 1898 et à Majunga en 1902 ». Le caractère plus contemporain de la peste est sans doute la raison pour laquelle cette maladie existe encore à Madagascar. Pour ainsi dire, son introduction a été effectuée durant la période de colonisation.

L'expérience de la variole a, par contre, été bénéfique pour le système de soin de l'époque. Du temps d'Andrianampoinimerina, une loi aurait déjà été divulguée pour faire face à cette épidémie. Dans « Bible et pouvoir à Madagascar au XIXe siècle », l'auteur complète même que peut-être le monarque « ne faisait-il que confirmer des obligations encore plus anciennes ». Quoi qu'il en soit, le royaume de Madagascar a réussi à stopper et la faire disparaître du pays, malgré son insularité. Le choléra est, par ailleurs, supposé venir d'Arabie, comme Madagascar était toujours en contact depuis des siècles avec des marchands et des voyageurs de ce côté du monde.

Selon des témoignages écrits, le confinement était déjà de rigueur puisque des villes comme Antananarivo, Toamasina et d'autres furent interdites d'échange; tandis que la sécurisation au niveau des ports a été draconienne. Des mesures modernes, dira-t-on. L'année 1861 a été la plus difficile pour la Grande Île avec la persistance de cette maladie sur plusieurs territoires du pays.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.