Madagascar: Kidnapping d'Anil Karim - Un autre gendarme placé sous mandat de dépôt à Tsiafahy

L'enquête sur l'enlèvement de l'opérateur économique oeuvrant dans la pharmaceutique, Anil Karim, continue auprès de la gendarmerie.

Les résultats obtenus jusqu'ici permettent de dire que les investigations menées par la section de recherche criminelle de la gendarmerie à Fiadanana tendent vers l'anéantissement total de tous les membres du réseau, auteurs de ce genre de crime. Les reconnus comme étant cerveaux de plusieurs kidnappings commis sur des Karana depuis ces deux dernières décennies commencent à être dénichés et capturés. Tel est le cas de Norbert Ramandiamanana dit Lamà, et celui de Raza Ravarhoussen dit 4K. Lamà est tombé sous les tirs de la gendarmerie il y a deux semaines. 4K a été arrêté aux îles Comores la semaine dernière.

Tous les deux sont reconnus comme les instigateurs du kidnapping d'Anil Karim, le 27 avril dernier. Le pire est de constater que des éléments des forces de l'ordre sont impliqués dans cette affaire. Mardi 26 mai, un gendarme de 1ère classe vient d'être placé sous mandat de dépôt à Tsiafahy après avoir été déféré au Parquet du PAC. Détaché au Club Omnisports des Forces Armées (COSFA) en tant que rugbyman, cet individu est reconnu comme étant de mèche avec le gang de Lamà dans l'enlèvement de ce ressortissant Karana. En effet, il a pour chef d'inculpation association de malfaiteurs, détention illégale d'armes, et séquestration de personne.

Son arrestation a fait suite à un mandat d'amener délivré par le Doyen des juges d'instruction du Tribunal de Première instance d'Antananarivo. Il porte alors à deux le nombre des gendarmes arrêtés et incarcérés à la Maison de force de Tsiafahy dans cette affaire. L'incarcération de ces bérets noirs est une preuve tangible de la détermination du Secrétariat d'Etat chargé de la gendarmerie, d'assainir cette entité. Ce qui prouve que le corporatisme n'existe plus au niveau de la Gendarmerie. D'autant plus qu'il est inadmissible d'entendre que des personnes censées défendre la population et ses biens s'adonnent à des actes hors-la-loi.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.