Burkina Faso: Soutien à la relance économique - Le PARE COVID-19 lancé

La Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso et 13 autres structures d'appui au secteur privé ont signé, le 26 mai 2020, une charte par laquelle elles s'engagent à mettre en place des mécanismes d'accompagnement aux entreprises qui éprouvent des difficultés dans le contexte de la COVID-19.

Le Projet d'accompagnement à la résilience économique face à la COVID-19 (PARE COVID-19) a été officiellement lancé, le 26 mai 2020, par le ministre du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat, Harouna Kaboré.

Pendant six mois, 14 structures d'appui et des structures professionnelles impliquées dans l'accompagnement des entreprises vont ainsi offrir gratuitement divers services aux micros, petites et moyennes entreprises qui ont des difficultés à assurer la continuité de leurs activités du fait de la COVID-19.

Le PARE COVID-19 vise à offrir une gamme de services dont l'écoute et l'orientation. Pour en bénéficier, les chefs d'entreprises sont invités à se connecter sur la plateforme électronique, dont la mise en service a été faite par le ministre en charge du commerce.

Ils peuvent également appeler le centre d'écoute 34 08. Dès qu'une préoccupation est transmise, l'équipe technique du PARE COVID-19 se charge de mobiliser les experts bénévoles pour faire le diagnostic et identifier les solutions adéquates dans un délai de trois jours.

Par la suite, chaque chef d'entreprise va bénéficier d'une assistance et d'un appui- conseil personnalisé.

Cela peut se traduire par des conseils aux entreprises en conflits avec leurs partenaires-clés pour non-respect des obligations ou par un appui de la part des structures d'appui impliquées dans le projet selon leur domaine de compétence.

Pour le ministre en charge du commerce, le projet d'accompagnement à la résilience économique face à la COVID-19 est une marque d'engagement collectif pour défendre la reprise effective de l'activité économique et accompagner 15 000 entreprises à traverser les turbulences engendrées par la pandémie.

« Cette initiative permet également de recueillir plus d'informations dans la perspective de nouvelles mesure de soutien», a-t-il ajouté. Il a donc exhorté les chefs d'entreprises à y adhérer.

Pour le premier vice-président de la Chambre de commerce et d'industrie du Burkina Faso, Mamady Sanoh, le PARE COVID-19 se présente comme une opportunité pour les entreprises de bénéficier d'un appui conséquent pour trouver des réponses à leurs préoccupations grâce à la possibilité de rencontrer en un seul clic ou appel des différentes structures d'appui.

Renforcer le dispositif d'accompagnement

Selon son premier vice-président, La CCI-BF dans sa mission d'accompagnement des entreprises a toujours été mobilisée aux côtés du secteur privé et elle l'a encore démontré dans ce contexte de COVID-19.

« C'est ainsi que nous avons réalisé trois enquêtes dont les résultats ont permis aux autorités de prendre des mesures de soutien aux entreprises éprouvées.

Nous avons également mobilisé plus de 322 millions FCFA pour soutenir le ministère de la Santé, les collectivités territoriales et les commerçants vulnérables », a-t-il rappelé.

Le ministre Kaboré, pour sa part, a relevé les mesures adoptées par le gouvernement pour sauvegarder les fondements de l'économie burkinabè durement touchée par les conséquences du nouveau coronavirus.

Ainsi, il a cité la mise en place d'un fonds de relance économique des entreprises d'un montant de 100 millions FCFA, l'instauration d'un fonds de solidarité au profit des acteurs du secteur informel d'un montant de 5 milliards FCFA, la poursuite du règlement de la dette intérieure, entre autres.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.