Cameroun: Reprise du procès de l'ancien directeur de l'audiovisuel public Amadou Vamoulké

Une nouvelle audience du procès du journaliste Amadou Vamoulké s'est tenue ce mardi et mercredi au Tribunal criminel spécial de Yaoundé.

L'ancien directeur de la CRTV, l'audiovisuel public camerounais, est en détention préventive depuis presque quatre ans maintenant. Il est accusé de détournement de fonds publics. Et les débats ont enfin commencé dans ce procès sans arrêt renvoyé depuis des années.

Il aura fallu attendre la trentième audience du dossier pour entendre à la barre le premier témoin appelé par le parquet. Il s'agit du rédacteur de l'audit à l'origine des accusations contre Amadou Vamoulké.

Selon les avocats du journaliste, le ministère public a interrogé l'expert-comptable durant plus d'une heure, notamment sur des doublons de paiement mentionnés dans le rapport.

Des opérations bancaires non justifiées et des sommes manquantes dans les caisses de la CRTV. Tous ces éléments cités par l'expert se seraient produits entre 2014 et 2016, les dernières années de l'accusé à la tête de l'audiovisuel public camerounais.

La parole a ensuite été donnée aux représentants des parties civiles, donc du ministère des Finances et de la CRTV, pour questionner le témoin à leur tour.

Mais les avocats ont sollicité le report de l'interrogatoire, demande accordée par le juge. Le procès ne se poursuivra donc pas ce jeudi comme prévu.

Le prochain rendez-vous est fixé aux 7 et 8 juillet prochain. En attendant, Amadou Vamoulké reste en détention préventive à la prison centrale de Yaoundé.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.