Afrique: Journée mondiale de l'Afrique - En 1963, il y a eu un péché originel qui continue de nous hanter, selon Cheikh Tidiane Gadio

Dans le cadre de la célébration des festivités de la Journée mondiale de l'Afrique marquant la création, le 25 mai 1963, de l'Organisation de l'unité africaine (Oua), devenue par la suite Union africaine (Ua), Cheikh Tidiane Gadio, député et ancien ministre des Affaires étrangères, a indiqué qu'« en 1963, il y a eu un péché originel qui a été commis et qui continue de nous hanter ».

Quatre cent ans d'esclavage et 150 ans de colonisation ont laissé des traces profondes en Afrique et il y a une quête perpétuelle de l'unité qui hante le continent depuis 1963.

C'est la conviction du Dr Cheikh Tidiane Gadio qui estime que nous avons raté le coche, car en 1963, «il y a eu un péché originel qui a été commis et qui continue de nous hanter».

Selon lui, «des intellectuels et leaders africains de très haute facture, tels que Léopold Sédar Senghor, Félix Houphouët Boigny... ont fait croire à leurs collègues qu'il fallait effectivement préserver les souverainetés et indépendances individuelles».

Ainsi, poursuit-il, «ils se sont opposés à la démarche de Nkwameh Nkrumah qui proposait d'aller rapidement à un Gouvernement d'union vers les États-Unis d'Afrique et ont développé, avec Julius Nyerere et d'autres dont la ligne a fini par triompher alors, une autre approche qui, malheureusement, nous a menés, aujourd'hui, à l'impasse».

En effet, certains pays, suivant leurs intérêts politiques, socioéconomiques et culturels et refusant d'être noyés, ont été jaloux de leurs prérogatives et de leurs souveraineté».

Aussi, la peur de l'autre aidant, ils ont acté les frontières héritées de la colonisation, soucieux de préserver les nationalismes qui in fine se sont malheureusement avérées rétrogrades.

Ceci a eu comme conséquence le fait que «sur six objectifs fixés à sa création, le 25 mai 1963, l'Oua en a réussi deux : la lutte pour la décolonisation et contre l'apartheid».

Pour Dr Gadio, «les États peinent encore à matérialiser les quatre points que sont l'intégration africaine, l'unité africaine, la coopération interafricaine, le développement économique et social du continent, la paix et la sécurité en Afrique».

Il estime que «malheureusement, nous avons raté le coche, nous avons gaspillé beaucoup d'énergie et de temps et nous n'avons pas réussi l'intégration africaine».

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.