Cameroun: Douala - Retour d'affluence dans les agences de transport aérien

Depuis mardi matin, de nombreux passagers y font la queue afin d'acquérir un titre de transport.

Au quartier administratif de Douala, Bonanjo, où se trouvent la majorité des compagnies de transport aérien, c'est un flux inhabituel de passagers qui se bousculent depuis lundi matin devant les guichets pour obtenir un titre de transport en vue de sortir du pays. Un spectacle inhabituel depuis la survenue de la pandémie du corona virus il y a quelques mois.

Devant les bureaux de la compagnie Air France, c'est véritablement la ruée. De nombreux passants regardent, quelque peu ébahis, le spectacle de dizaines de personnes attendant sous le soleil, de pouvoir avoir accès à l'intérieur des locaux, les uns et les autres se marchant pratiquement sur les pieds. Le service semble lent si on s'en tient au nombre de personnes introduites à l'intérieur après de longues minutes de patience. Le respect des mesures de distanciation sociales prévues ne semble pas être la principale préoccupation, malgré l'insistance des vigiles dépassés par l'événement. C'est à qui aura accès en premier au guichet pour acquérir le précieux sésame, le billet d'avion.

A l'intérieur du bâtiment, l'affluence est réelle et l'attente éprouvante. Entre l'accueil et les guichets pris d'assaut, l'impatience se lit sur les visages. Chacun semblant se demander s'il sera l'un des heureux élus du jour. Surtout qu'au final, certains en ressortent abattus et d'autres tout sourire. Pas besoin d'être dans le secret des dieux pour comprendre. Arrivés au Cameroun depuis plus de deux mois pour la majorité, ils n'arrivent toujours pas à avoir un billet retour. Principale raison évoquée, les vols prévus notamment les 2 et 9 juin sont pleins et les perspectives d'après ne sont pas des plus reluisantes.

A quelques encablures de là, se trouve la compagnie Sn Brussels. Le spectacle est le même qu'à Air France, l'affluence en moins. A l'entrée, pas moyen d'y avoir accès, de nombreuses personnes jouent des coudes et mains sur le perron pour accéder au bâtiment, causant au passage un embouteillage que les éléments de la police présents sur les lieux peinent à maîtriser.

Ce retour d'affluence des passagers s'explique par le reprise annoncée il y a quelques jours d'un certain nombre de vols à destination de l'Europe. A l'aéroport international de Douala, un avion de la compagnie Air France a décollé mardi soir. Emmenant un bon nombre des personnes rencontrées mardi en matinée dans les agences de transport aérien sises à Bonanjo. Les autres devront encore ronger leur frein et prendre leur mal en patience.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.