Congo-Brazzaville: COVID-19 - L'Anudico plaide la bonne alimentation des malades

Selon l'Association nationale des nutritionnistes et des diététiciens du Congo (Anudico), l'intégration de la nutrition à tous les niveaux de la santé publique permettra au pays d'améliorer le niveau de santé de la population dont 48 % des décès sont causés par la malnutrition.

En cette période de crise due à la pandémie de covid-19, la présidente de l'Anudico plaide en faveur des malades pour qu'ils puissent bénéficier d'une bonne nourriture en vue d'accélérer leur guérison. A en croire la présidente de cette association, Amanda Mukendi, l'alimentation de la personne affectée doit varier selon la phase de la maladie. « Cette pandémie menace à la fois la vie et les moyens de subsistance des populations. Il faut protéger les personnes les plus vulnérables, notamment les malades, les enfants, les démunis », a-t-elle indiqué au cours d 'un entretien qu'elle a eu récemment avec les journalistes.

La présence du virus dans l'organisme, a-t-elle expliqué, crée un dysfonctionnement de besoin énergétique et là l'organisme fait face à plusieurs complications médicales qui demandent à la personne infectée une alimentation appropriée. « L'alimentation de la personne infectée doit varier selon la phase de la maladie soit la phase asymptomatique ou symptomatique. Raison pour laquelle la nourriture doit intervenir », a-t-elle insisté. Pour elle, le gouvernement doit s'impliquer dans la question de nutrition en RDC, et y associer les experts dans la bonne résolution de cette question. Le Parlement, pour sa part, devra inclure dans son budget le volet nutrition.

Amanda Mukendi reste convaincue que la nutrition est également l'une des stratégies de lutte contre la pandémie de covid-19. Raison pour laquelle son association sensibilise la population à une bonne alimentation qui doit être priorisée pendant cette période pour renforcer le système immunitaire. « Pour contenir la propagation de l'épidémie, l'Anudico a élaboré un protocole de prise en charge nutritionnelle qu'elle a remis au responsable de la Commission de prise en charge de la riposte à la covid-19 », a-t-elle fait savoir. « Les gens ont dû consommer les pangolins et chauves-souris.

C'est pourquoi nous interdisons leur consommation et, pour le reste, des animaux, il faut une bonne cuisson. Pendant cette période d'épidémie, l'alimentation doit être suffisante et saine. Ceci demande une nourriture riche en vitamines, surtout les vitamines liposolubles (A, D, E et K) ; et en minéraux tels que zinc, magnésium, fer, calcium. Ici, nous avons des fruits et légumes. L'alimentation doit également être meilleure en acide aminé (protéines). Celles-ci permettent la croissance des différentes cellules que le virus a détruites. Enfin, il faut de l'énergie. Nous avons les céréales (riz, maïs, manioc, banane plantain, igname...) », a-t-elle recommandé.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.