Congo-Brazzaville: Alerte - L'insecte « Cara-cara » refait surface à Brazzaville

Le petit insecte rouge et noire à la taille d'une grosse fourmi a réapparu depuis le début du mois de mai dans plusieurs quartiers de la capitale.

« Cara-cara » ou « Ekonda » pour les uns, le paederus, de son nom scientifique, est une variété de coléoptères saisonniers qui laissent des brûlures sur la peau lorsqu'il y est écrasé.

De forme allongée et de petite taille de 10 mm environ, le paederus a un abdomen et un thorax de couleur vive rouge-orangée. L'insecte a refait surface depuis des jours, mais ces dégâts cette fois-ci semblent moins graves.

Les populations n'ont, en effet, pas oublié la douleur des lésions ou brûlures causées par l'insecte lorsqu'il a été écrasé sur la peau. Il libère à ce moment-là une substance chimique appelée « pédérine », capable de provoquer des démangeaisons et des lésions vésiculeuses semblables à des brûlures, explique un document d'une ONG de santé ayant étudié l'épidémie saisonnière.

Il y a quelques années, le paederus avait causé d'énormes ennuis de santé dans plusieurs localités du pays lorsque l'insecte était méconnu. Sa réapparition depuis le début de ce mois de mai ne semble pas trop faire écho. Seulement, l'insecte est là, visible dans les maisons et même dans les administrations. Si certaines populations se contentent d'utiliser des insecticides pour s'en débarrasser, d'autres se demandent quel remède efficace utiliser.

« Il ne faut pas l'écraser sur la peau. Faites juste un mouvement pour le mettre à terre et l'écraser avec un objet. Ce qui est sûr, les lésions laissées par la pédérine ne sont ni mortelles ni contagieuses mais douloureuses. Elles guérissent spontanément en une semaine », explique un épidémiologiste.

Depuis le début de la nouvelle épidémie à Brazzaville, les autorités compétentes n'ont, semble-t-il, pas encore intervenu officiellement. Le risque étant certainement faible. Pourtant, les inquiétudes ne manquent pas chez ceux qui rencontrent ces insectes à domicile ou au lieu de travail.

Dans un « chat » sur internet, quelques internautes avertis ont conseillé l'utilisation de pommade antiseptique et une prise d'antibiotique. On évoque également le nettoyage de la zone irritée avec une eau tiède et saline afin de permettre la réduction de l'irritation et la propagation de l'infection. Pourtant, la consultation d'un médecin s'avère la solution la plus sûre en cas de contact avec la pédérine sécrétée par l'insecte.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.