Congo-Brazzaville: Télétravail - La visioconférence en plein boum

La pandémie du coronavirus a encouragé le télétravail ces derniers mois. Les initiatives se sont développées notamment grâce à la visioconférence qui connaît un vrai boom avec un record de nouvelles connexions. Si le télétravail peut apparaître comme une solution pour contrer la propagation de la Covid-19, le potentiel d'extension de ce mode de travail peut répondre à plusieurs défis.

La visioconférence a excellé jusqu'à convaincre même les sphères les plus sceptiques au travail à distance. La pandémie ayant réduit les libertés individuelles et professionnelles, les entreprises ont vite opté pour le télétravail avec à la clé des logiciels tous azimuts. Une application sort du lot, Zoom, devenue la star de ce marché qui bandit avec des chiffres incroyables. 300 millions d'utilisateurs par jour, soit une hausse de 2 900 % depuis le début de l'épidémie de coronavirus.

Un succès rendu possible par la simplicité du logiciel et son utilisation. Pas besoin, en effet, d'avoir un énorme réseau internet pour pouvoir se connecter et avoir, tout de même, la qualité audio et vidéo en HD. La visioconférence est désormais devenue un juteux marché qui aiguise l'appétit des géants du numérique, mais pas seulement, elle dévoile en même temps les possibilités d'un travail collaboratif au-delà des obstacles sociales et sociologiques qui pourront affecter le monde du travail demain.

Les entreprises ont trouvé le moyen de préserver la santé des salariés tout en étant productives. Car le retour au travail, malgré les mesures barrières édictées, peut exiger des conditions qui peuvent, pour certaines entreprises, être longues à mettre en place. Le télétravail et la visioconférence semblent être des alternatifs à la fois à court et long terme.

Alors que ce mode de travail est en plein boum, l'Afrique qui fait face à plusieurs défis de développement n'a pas attendu pour emboîter le pas. Plusieurs initiatives inspirent déjà le post-confinement sur les nouvelles manières de diriger. Au Congo, pour respecter les mesures de lutte contre la propagation du virus, le président de la République, Denis Sassou N'Guesso, a présidé, vendredi 8 mai, le premier Conseil des ministres en visioconférence. Un coup d'essai qui s'est renouvelé le 27 mai lors d'un nouveau Conseil de ministre.

D'autres initiatives locales se sont multipliées avec des résultats probants. Elles légitiment la nécessité pour le pays, et bien d'autres confrontés au même défis d'e-gouvernement, d'accélérer les programmes d'administration digitale, au-delà du simple télétravail occasionnel qui néanmoins a fait sauter les barrières culturelles.

Mieux organiser l'administration à distance

Pour que le télétravail entre pleinement dans une stratégie officielle et devenir une source d'inspiration pour le travail de demain, des préalables sont requis. Il est temps, explique des professionnels, de s'assurer des conditions matérielles d'exercice de cette activité professionnelle. La formation du personnel aux nouveaux outils à utiliser devient urgente.

Si Zoom devient l'application de visioconférence par excellence, d'autres moyens qui existent depuis peuvent servir de catalyseur à la démarche désormais professionnelle. D'ailleurs les applications de socialisation comme Facebook et WhatsApp ont fait évoluer leur plateforme devant des demandes de plus en plus pressantes des utilisateurs de se connecter en vidéo et télétravailler.

Pour des réunions, des apéros virtuels ou simplement maintenir le contact avec ses proches, WhatsApp permet désormais des appels de groupe jusqu'à sept utilisateurs simultanément. Jusqu'ici, il n'était possible de faire des appels vidéo qu'avec trois autres personnes.

Mais, si le cercle d'amis s'étend à plus de quatre personnes, faire un WhatsApéro relève parfois de l'impossible. Les internautes se sont tournés en masse vers l'application de visioconférence Zoom qui permet d'accueillir jusqu'à cent personnes dans une même conversation. Facebook ne s'avoue pas vaincue pour autant et la firme annonce étendre le nombre de participants aux appels visios sur WhatsApp. Si, jusqu'ici, il n'était possible d'appeler que quatre autres personnes simultanément, on peut désormais faire des conversations de groupe jusqu'à huit personnes sur Ios et Android en version bêta.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.